Carcassonne : Hôpital durable à tous les étages

Le centre hospitalier de Carcassonne a mis en oeuvre une démarche globale de développement durable. Dans des bâtiments labellisés “Haute qualité environnementale, de niveau exceptionnel “, les actions pour réduire au maximum l'impact des activités sur l'environnement sont relayées par tous les acteurs de l'hôpital. Avec des résultats mesurables.

Tri du papier et du carton, des bouteilles en plastique, mais aussi des biberons, des déchets d’équipements électriques et électroniques, des biodéchets issus des repas... Depuis 2014, le développement durable est devenu un fil conducteur dans le quotidien du personnel – technique aussi bien que soignant – du centre hospitalier de Carcassonne où pas moins de quinze filières de tri, notamment, ont été créées pour tout recycler.

En pédiatrie-néonatalogie par exemple, les 42 agents se sont tous impliqués. « On triait déjà le papier, le verre et les cartouches d'encre dans l'ancien hôpital », rappelle Karine Andrieu, cadre de santé infirmier dans le service. « Poursuivre nous a semblé logique, ça prend un peu de temps mais ce n'est pas compliqué à mettre en œuvre. » Désormais on trie aussi les nourettes de lait, les opercules et emballages en métal...

Mais pas que... On apprend aussi à faire les bons gestes pour économiser l'eau ou l'énergie : être attentif à une fuite de chasse d'eau, régler les thermostats à la bonne température, bien fermer un robinet, penser à éteindre l'ordinateur le soir, et les lumières lorsqu'elles ne sont pas utiles... « Le développement durable ce n'est pas seulement le tri des déchets », rappelle Martine Gross, cadre supérieur de santé dans les deux EHPAD rattachés à l'hôpital. « Nous avons sensibilisé nos équipes sur le confort thermique en leur rappelant qu'ouvrir les brise-soleil l'hiver permet de faire entrer la lumière et la chaleur et que les baisser l'été maintient le frais dans les espaces de vie. »

Les soignants impliqués

Cette sensibilisation aux éco-gestes a fait l'objet d'une vaste campagne dans les services, dès l'ouverture en 2014 de ce nouveau centre hospitalier, comptant 500 lits et 40 services. L'établissement de 52 000 m2, soit 3000 locaux au total, répondait aussi à toutes les normes en vigueur en matière d'économie d'énergie, de confort thermique ou de matériaux de construction. Des réunions de travail ouvertes à tout le monde - aux bonnes volontés surtout - ont permis de bâtir un plan d'action, arrêté en comité de pilotage. « La taille de cet hôpital de 500 lits permet d'aller sur le terrain assez facilement pour voir les équipes et leur expliquer quoi et comment faire », évoque Philippe Casier.  

Cet ingénieur hospitalier, cheville ouvrière de la stratégie à l'oeuvre dans l'établissement, a aussi créé des étiquettes pour chaque éco-geste.« L'enjeu c'était de faire au travail comme à la maison, pour les déchets comme pour l'énergie. » Dans un hôpital qui emploie 2000 personnes,  le “ M. énergie et développement durable en santé ”de l'hôpital, ne les a pas posées lui-même sur les ordinateurs, les interrupteurs, les chasses d'eau ni sur les thermostats ou les brise-soleil. Il a proposé aux personnels intéressés de le faire en allant les chercher eux-mêmes à la reprographie, et de devenir aussi des ambassadeurs du développement durable au sein de l'hôpital. « Ca n'a pas été évident il a fallu expérimenter pendant plusieurs mois », rappelle l'ingénieur.

Le premier succès a été lorsque les milliers d'étiquettes créées sont parties en trois jours et ont été collées partout où il fallait. « Aujourd'hui il y a en a même dans le bureau du directeur », se félicite Philippe Casier. « Il y a encore à faire car tout le monde ne s'y est pas mis. C'est une politique des petits pas qui fait tache d'huile. » Plutôt que des notes de service, la communication par mails diffusant des messages positifs et très incitatifs - « le saviez-vous ? », « Constat », « Faisons mieux » - sur le développement durable a largement participé à la stratégie.

« Aujourd'hui des initiatives remontent des soignants eux-mêmes », se réjouit Isabelle Gross. Les lettres internes et les bilans chiffrés présentés sur le site intranet participent aux changements de comportement. « Par rapport à l'ancien hôpital, les actions en place ont déjà permis de réduire de 16 % les consommations d'eau par exemple, de 18 % les dépenses énergétiques, de 39 % les émissions de gaz à effet de serre », indique Alain Guinamant, directeur du centre hospitalier. Ou d'économiser  en 4 ans, grâce au tri, 20 000 € sur la prestation de traitement des déchets. « Notre démarche Développement durable veut tendre vers des objectifs plus ambitieux», annonce le directeur. « Notre ambition est d'obtenir en 2020, la certification Iso 14 001 pour le management environnemental. »

Myriem Lahidely

Je m'abonne à la newsletter

Lire aussi : 

Carcassonne : l'abeille fait son miel de l'hôpital (mars 2019)

Choisir des produits bio ? (sept 2017)

Développement durable : quand les soignants s'impliquent (mai 2016)

Quand les établissements de santé peuvent évaluer leurs démarches "durables" (mars 2016)

Eco-infirmier : comment faire de la prévention en santé-environnement (janv 2014)

David, "éco-infirmier" à domicile (juin 2016)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
246 rq / 2,463 sec