[Vos blogs] Bénévoles dans les hôpitaux : une complémentarité appréciée

Les soignants sont de plus en plus nombreux à transmettre leur vécu et leur expérience à travers des blogs, des livres ou même des scénarios. ActuSoins à toujours eu à coeur de mettre en lumière et de partager ces écrits. Aujourd'hui, nous vous présentons un billet sur les bénévoles dans les hôpitaux, proposé par Alexis Bataille, aide-soignant.

Alexis Bataille tient une page FaceBook intitulée Dans le couloir- Pensées d'un aide-soignant. Il est aussi l'auteur de "Vous avez mal où?",  (City éditions, février 2019). 

Dans ses récits, il ouvre les portes des chambres des hôpitaux et raconte les histoires qu'il n'a pas voulu oublier. 

Chambre 142

Dernièrement, l'enquête d'un grand journal pointait du doigt le manque de solidarité des Français. De toute évidence, les sondeurs n'ont pas franchi les murs épais d'un établissement de soins où sein duquel certaines valeurs ne semblent pas encore faire défaut.
 
En effet, autour de nous, professionnels de santé et soignés, œuvrent gratuitement tout un aréopage de personnes qui prouvent que la fraternité n'est pas un vain mot.
 
Leur chariot détonne avec les nôtres, non par la taille, non par la forme mais plutôt par le contenu : des livres, des bandes-dessinées et des magazines impeccablement classés. A la façon des ouvreuses au théâtre, nos bibliothécaires bénévoles frappent quotidiennement les trois coups sur chaque porte de chambre afin d'offrir à chacun une parenthèse de mots qui semblent échapper à la rigueur du jargon médical.
 
Entre deux gros mots barbares comme « pipéracilline-tazobactrim » ou «splénectomie radicale » , des récits de voyages, un roman d'amour ou des histoires divertissantes peuvent avoir sur le lecteur un insoupçonnable pouvoir en l'enfermant dans un monde dont lui seul détient la clé : son imaginaire.
 
Pour ceux qui n'ont plus la force ou la capacité de découvrir par eux-mêmes cette puissance des mots , les bibliothécaires s'assoient prés d'eux et offrent une lecture, distillant chaque mot, soignant chaque intonation dans de délicieux instants qu'elles distribuent chaleureusement, non sans gourmandise.
 
Le passage de la bibliothèque, c'est aussi, pour certains, la seule visite qu'ils reçoivent et ils peuvent alors se livrer et retrouver le temps présent. Infatigables, nos bonnes fées des mots ont la niaque et parcourent ainsi, trois fois par semaine, les longs couloirs de l'établissement sans se départir de leur sourire qui ouvre bien plus que des livres, il ouvre les cœurs de nos patients en leur permettant d'oublier leurs maux pour les mots.
 
Les visiteurs hospitaliers, eux aussi, prennent, je dois le dire, efficacement notre relais. Alors que nous, soignants, sommes embarqués dans la machinerie hospitalière qui file à tout allure de chambre en chambre, eux font fi de cela et compensent par une présence apaisante les instants volés de la relation soignant-soignée.
 
Assurant l'interface entre les producteurs de soins (nouveau terme à la mode) que nous sommes et le soigné, ils assurent un service relation patient avec brio !
 
Enfin, viennent les aumôniers, représentants des principaux cultes religieux, ils sont un peu le supplément d'âme qui vient donner aux patients et aux familles une force essentielle, celle de l'esprit. Là où s'arrêtent les limites de la médecine, ils prennent le relais au moment où le corps défaille.
 
Un simple mot, un geste peuvent insuffler une énergie nouvelle, parfois salvatrice ou du moins rassérénante. Là où se cache l'invisible, le visible peut parfois être bluffant !
 
« Parler, c'est encore un peu vivre... », me disait un patient. Je crois que tout est dit...
 
La vraie richesse de l'hôpital n'est pas son budget annuel, mais plutôt l’exégèse quotidienne de certaines valeurs dont notre société paraît oublier le sens.
 
Quand je vois s'agiter la fourmilière de bénévoles, je me dis que l'enfer, ce ne sont pas forcément les autres.
 
 
ActuSoins remercie Alexis Bataille, auteur du livre "Vous avez mal où?" (City Editions) pour ce partage
 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
236 rq / 1,489 sec