Prime d’activité : date limite au 31 janvier

En raison de leur niveau de revenu, les infirmières en début de carrière peuvent, selon leurs ressources, bénéficier de la prime d’activité. Les syndicats les encouragent à en faire la demande. Elles ont jusqu'au 31 janvier...


Prime d’activité : date limite au 31 janvier« Les infirmières en début de carrière peuvent bénéficier de la prime d’activité, rappelle Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). Elle concerne les salaires jusqu’à 1560 euros nets pour une personne seule, et les IDE commence à 1450 euros nets environ. » Et d’ajouter : « Beaucoup d’entre elles n’ont pas pensé à faire la demande car lorsqu’on est titulaire d’une licence, on peut justement penser ne pas y avoir droit. Cela bouscule les images sociales. »

La prime d'activité est une prestation sociale destinée à compléter les revenus des salariés et des travailleurs indépendants aux ressources modestes. Elle est versée par la Caf et vise à permettre à ses bénéficiaires d'augmenter leur niveau de ressources. L’extension des conditions d’accès à la prime d’activité, mise en place par le gouvernement en réponse à la colère des « gilets jaunes », a provoqué une forte hausse des demandes dans les CAF. Si la demande a été faite avant le 25 janvier, la prime sera versée le 5 février. Pour les demandes effectuées entre le 25 et le 31 janvier, la prime sera versée à partir du 5 février.

Des infirmières peu considérées

Pour Thierry Amouroux, la possibilité qu’ont les IDE de demander la prime d’activité est assez révélatrice de la considération portée à la profession. « Dans les années 1980, nous étions payés deux fois le Smic, aujourd’hui, nous sommes à 1.2 fois. Je m’inquiète pour l’avenir. Il y a de quoi être interpelé. »

D’ailleurs, d’après un rapport Panorama sur la santé de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) de novembre 2017, les infirmières hospitalières françaises sont rémunérées 5 % de moins que le salaire moyen national, ce qui place la France en 26e position sur 29, juste devant la Finlande, la Hongrie et la Lettonie. En Allemagne, un infirmier gagne 13 % de plus que le salaire moyen.

« Le gouvernement méprise notre profession, et ne cherche pas à valoriser les salaires, poursuit Thierry Amouroux. Nous sommes soi-disant des professions intermédiaires mais nous avons des conditions sociales prolétariennes, c’est un paradoxe. » Thierry Amouroux conseille d’ailleurs aux IDE de demander la prime d’activité plutôt que de multiplier les heures supplémentaires pour un meilleur salaire, en raison des conditions de travail actuelles et de l’épuisement professionnel qui sévit au sein de la profession.

Laure Martin

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
250 rq / 1,566 sec