L’ANPDE soutient l’appel de l’EFCNI à la mobilisation pour la santé du nouveau-né

L’EFCNI (European Foundation for the Care of Newborn Infants) vient de lancer un appel à la mobilisation pour promouvoir la santé du nouveau-né en Europe. Cette fondation européenne est le premier organisme et réseau pan-européen à représenter les intérêts du nouveau-né prématuré et de sa famille.

L’ANDPE soutient l’appel de l’EFCNI à la mobilisation pour la santé du nouveau-né

©IStock

« Leur démarche a été enclenchée il y a plus de dix ans. Ce qui était vraiment intéressant, c’est qu’elle incluait des parents et des professionnels. Cela est pertinent pour mettre en place des nouveaux standards européens de prise en charge des nouveau-nés, et notamment des prématurés, en prenant en compte aussi les besoins des familles », estime Charles Eury, président de l’ANPDE (Association nationale des puéricultrices(eurs) diplômé(e)s et des étudiant(e)s).

Ce dernier précise que si son association n’a pas directement participé à l’élaboration de ces normes très complètes (identifier au plus tôt les grossesses à risque, fournir suffisamment de personnel spécialisé, soutenir les parents d’enfants prématurés comme acteurs du soi, favoriser la présence des parents à l’hôpital…), l’ANPDE s’est naturellement et immédiatement engagée sur ce projet, « car cela correspond parfaitement à ce que nous faisons depuis 70 ans pour la prise en charge du nouveau-né. »

Des améliorations en France aussi

Alors quid de la France ? Quelles idées pour améliorer la prise en charge des nouveau-nés ? « Ce qui est particulier avec la France, c’est qu’on est très en avance sur certains points, avec un système de santé qui prend en charge correctement et de façon quasi gratuite les prématurés, mais il faut voir aussi que sur la mortalité néonatale, on est aujourd’hui 23/28 dans l’UE. Dans les autres pays européens, ce chiffre baisse mais en France il reste stable. On ne peut pas se satisfaire de la situation actuelle », explique-t-il.

A ses yeux, il est nécessaire d’améliorer la formation des paramédicaux. « Il faudrait que tout.e infirmier.e qui est en néonatalogie et en réanimation néonatale, bénéficie d’une formation spécialisée. En France, en l’occurrence, la formation de puéricultrice. Il nous semble très important que chaque nouveau-né en néonatalogie soit suivi par une personne qui a bénéficié d’une formation adéquate, et qui a aussi reçu une formation spécifique pour accompagner la famille dans le parcours de soins. L’EFCNI mène cette réflexion : comment intégrer les parents dans le parcours de soin et comment on les fait participer aux soins en donnant le support nécessaire ? Mais aussi comment on les accompagne à la sortie ? Car il ne faut pas oublier qu’il y a le temps de l’après-hospitalisation. Aujourd’hui il existe des initiatives sur certains territoires avec des consultations de puéricultrices des services de néonatologie qui continuent de voir les familles par la suite et qui proposent justement cet accompagnement-là », souligne encore Charles Eury, enthousiaste.

Il faudrait aussi améliorer la prise en charge de la douleur : entre 1/4 et 1/3 des nouveau-nés n’ont pas de prise en charge de leur douleur, « or les soins en néonatologie sont extrêmement fréquents. Et chez le nouveau-né, il existe des solutions très simples comme l’administration d’une solution sucrée, le peau à peau avec les parents ou l’allaitement pendant les soins. Mais cela nécessite d’être formés à ces gestes. La formation initiale et continue au sein du service est primordiale ».

Entre le livre blanc pour la profession de puéricultrice lancé récemment par l’ANPDE, la réforme du décret de périnatalité (qui date de 1998), sans oublier la formation des puéricultrices (qui remonte à 1983), la profession est résolument en mouvement. Elle espère que les recommandations de l’EFCNI seront intégrées dans la nouvelle réglementation et législation, dont les premiers textes devraient voir le jour à l’été 2019. 

Delphine Bauer

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
224 rq / 1,365 sec