Florian Gillot : infirmier et écrivain de romans fantastiques

Infirmier en cancérologie à Dunkerque (Nord), Florian Gillot s’est lancé dans l’écriture il y a trois ans à la suite d’un drame familial. Un exutoire qui a donné naissance à la publication d’un roman fantastique.

Florian Gillot : infirmier et écrivain de romans fantastiques

© DR

« Juste après l’obtention de mon diplôme d’infirmier en 2014, nous sommes partis en vacances dans le Sud de la France avec mon petit frère, se remémore Florian Gillot. Il a fait une embolie pulmonaire, puis une deuxième et en est décédé à l’âge de 15 ans. »

De retour chez lui, dans le Nord de la France, après deux mois passé au chevet de son frère, Florian Gillot cherche tout de suite du travail, « pour se vider la tête et penser à autre chose ». « J’ai aussi commencé à faire du sport, pour évacuer, mais cela ne suffisait pas », reconnaît-il. Avec son petit frère, ils partageaient une passion commune, celle des livres fantastiques. « Pendant les deux mois où il a été dans un semi-coma, avec mon grand-frère, on se relayait pour lui lire ce type de livres, raconte Florian Gillot. Je me suis donc dis que j’allais me lancer dans ce type d’écriture, pour moi-même. » Mais au fil du temps, il noircit de plus en plus de pages. « Après cinquante pages, je me suis dit que je pouvais continuer et faire un livre », se souvient-il.

L’auto-édition

Certains de ses collègues ont l’occasion de lire de livre au fur et à mesure de l’écriture. « Ce sont certains d’entre eux et ma famille qui m’ont poussé à l’éditer », explique l’infirmier. Il essaye de contacter des éditeurs mais « ils mettent en moyenne six mois à répondre, quand ils répondent… Une moitié m’a dit qu’ils n’avaient pas eu le temps de lire le texte, et l’autre moitié que cela ne correspondait pas à leur ligne éditoriale. J’ai aussi eu deux éditeurs qui souhaitaient que je paie, notamment les corrections, pour sortir le livre alors que mon objectif était de le faire pour le plaisir. »

Florian Gillot décide alors de s’auto-éditer avec Amazon. « Il y a beaucoup de papiers à remplir mais tout est expliqué et ce n’est pas très compliqué », indique-t-il. Mise en page, couverture, faire le résumé, choix d’une édition ibook ou en format livre broché : tout doit être fait par l’auteur. Après la validation, le livre sort sur Amazon, mais chaque écrivain doit faire sa propre promotion. C’est la contrepartie d’une édition gratuite. « On ne peut que vendre le livre sur Amazon ou alors il faut acheter des exemplaires pour le revendre », précise l’écrivain.

Pour le moment, Florian Gillot a vendu environ 80 livres. « J’en suis très content, reconnaît-il. J’ai aussi commencé à démarcher les librairies et j’ai déjà eu une séance de dédicace. » Le Tome 2 de son roman est déjà écrit, et sera mis en vente au printemps 2019 toujours sur Amazon. « Ce livre m’a permis de me vider l’esprit et de penser à mon frère tout en l’écrivant, témoigne Florian Gillot. D’ailleurs, le personnage principal possède les traits de caractère de mon petit frère. »

L’infirmier est également en train de rédiger son troisième roman, une toute autre histoire avec de nouveaux personnages.

Laure Martin

Seconde vie -  Le plus jeune détenteur de Ki des sept cités, vendu sur Amazon 12,66 euros.

Résumé : Aaron se réveille à FlowRidge, une station cloitrée à l'intérieur de gigantesques égouts. Il se souvient être mort, mais ne comprend pas comment il a réussi à revivre et de quelle façon il est arrivé dans cet endroit. Avec l'aide de ses nouveaux amis, Aaron s'intègre petit à petit dans ce monde étrange où de nombreuses créatures entourent les habitations humaines. Seul point positif de cette nouvelle vie, chacun des résidents de la ville souterraine se voit doté de pouvoirs lorsqu'il atteint les dix-huit ans. Ceux-ci sont appelés le Ki. Aaron n'en a que seize, mais il ressent déjà ses dons s'éveiller en lui. Il devient le plus jeune détenteur de Ki des sept cités. Pourtant, il ne parvient pas à les contrôler et est contraint de s'exiler afin de ne plus causer de catastrophes parmi ses semblables. Il entre alors dans les égouts et tente, tant bien que mal, de survivre dans l'univers cruel et hostile des créatures et monstres qui les peuplent.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
208 rq / 1,734 sec