Assistants de régulation médicale : les professionnels dans le flou

Formations disparates et non diplômantes, absence de décret régissant leur profession, précarité de statut, les assistants de régulation médicale (ARM) sont dans le flou. D’autant que leurs sollicitations auprès du ministère de la santé restent pour l’instant lettre morte.

Assistants de régulation médicale : les professionnels dans le flou

Salle de régulation. ©Wikimédia

Suite aux évènements tragiques révélés ces derniers mois - l'affaire Naomi Musenga notamment -, le métier d’ARM s’est retrouvé sous les feux de la rampe. Ils seraient 2200 en France à occuper cette fonction au sein des SAMU. « Mais ce chiffre reste approximatif », précise Patrice Beauvilain, secrétaire général de l’UNARM[1].  Car derrière ce dernier, ne se cachent pas uniquement des titulaires de la fonction publique mais aussi des personnes embauchées en CDI ou encore en CDD. Selon les dernières statistiques de l’association, 10% d’entre eux seraient dans ce cas.  

Une pratique sans diplôme

Mais ce n’est pas la seule difficulté. Il existe aussi un problème inhérent à la formation initiale. En effet, « La formation des ARM est très disparate sur le territoire », explique le Dr François Braun, président de SUdF[2].« Elle se fait en fonction des SAMU ».

La formation est hétérogène, car non régie par un texte de loi. Il n’existe pas non plus de diplôme d’Etat.

« Nous réclamons une formation initiale nationale sanctionnée par un diplôme ainsi qu’un décret de compétence régissant notre métier. Une formation initiale homogène permettrait ainsi à un ARM d’être recruté par n’importe quel SAMU et cela contraindrait les établissements de santé à recruter des personnes diplômées », explique M. Beauvilain.

Un statut d’administratif et non de professionnel de santé

 A l’heure actuelle, c’est le décret du 14 juin 2011 qui régit le métier d’ARM. Les professionnels sont intégrés dans le corps des assistants médico-administratifs à l'instar des secrétaires médicales.

« Nous souhaitons que notre métier soit aussi reconnu comme profession de santé à part entière » explique M. Beauvilain. Et d’ajouter : « Certains argumentent que nous nous ne pouvons pas être reconnus comme profession de santé car nous ne sommes pas proches du patient. Alors que nous faisons partie de la chaine de soins ». SUdf abonde dans le même sens : « Il faut reconnaitre les ARM comme métier de santé et intégrer l’ensemble des professionnels existants dans cette filière »,  insiste le Dr Braun.

La réponse tant attendue du ministère

M. Beauvilain souligne : « Nous souhaitons rencontrer le ministère. Mais toutes nos demandes sont restées sans réponse. Nous attendons une décision politique. Le problème c’est qu’il n’y a pas une réelle volonté de leur part de changer les statuts ».

En ce qui concerne SUdF, le Dr Braun modère : « Nous avons fait des propositions, remises au mois de Juillet. Le document concerne la professionnalisation du métier d’ARM. Certes le ministère se fait attendre, mais c’est qu’il faut pouvoir caler cela dans la grande réforme des métiers de la santé. »

Il faut en effet répondre à de nombreuses questions. Quel sera le nombre d’ARM à former ? Par qui ?  Comment ? Seront-ils intégrés dans un système LMD ? Et rattachés à une UFR de médecine ?

Pour ce qui est du rapport, ce dernier évoque une formation en deux ans alternant théorie et pratique avec des stages en milieu hospitalier, le tout sanctionné par un diplôme.

Flavie Peribois

Pour aller plus loin

 Référentiel Métier Assistant de Régulation Médicale » de Juin 2016 édité par la Société Française de Médecine d’Urgence 

Accélérer la modernisation de la régulation médicale pour répondre aux défis de la santé, (Mai 2018)

Lire aussi sur ActuSoins :

Affaire Naomi Musenga, le parquet ouvre une enquête préliminaire (mai 2018)

Affaire Naomi Musenga : procédure disciplinaire contre l’assistante de régulation et démission du responsable du service (juin 2018)

L'assistant de régulation médicale (ARM) : métier et avenir (juillet 2018)

 

[1]Union Nationale des Assistants de Régulation Médicale

[2]SAMU-Urgence de France

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
224 rq / 1,655 sec