Plan “Ma santé 2022” : les moyens sont insuffisants, selon les syndicats de personnels hospitaliers

La CGT, FO et la CFDT regrettent que l'augmentation de l'Ondam (Objectif national des dépenses d'assurance maladie) soit limitée à 2,5 % pour 2019 et la CFDT souhaiterait une restructuration des financements de la santé, ont indiqué les syndicats de personnels hospitaliers non-médicaux dans des communiqués distincts. 


Le plan "Ma santé 2022", présenté mardi par Emmanuel Macron, Agnès Buzyn et Frédérique Vidal a été élaboré, "en dehors de tout bilan partage, et sans un minimum de concertation avec les représentants de plus d'un million d'agent", estime la CGT santé et action sociale, qualifiant le plan de "techno-élyséen".

Malgré un Ondam évalué l'année prochaine à 2,5%, la CGT considère que c'est une augmentation de 5% "qui permet de financer l'activité normale des établissements". 

La CGT estime ainsi que le plan "ne répond en rien au besoin d'une reconstruction de notre système de santé", car "aucun moyen financier ou si peu n'accompagne le plan". 

Elle réclame un plan massif et immédiat de créations d'emplois et de formations (100 000 emplois supplémentaires à l'hôpital et 200 000 en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, Ehpad, et services à la personne). 

Le constat de la CGT santé et action sociale concernant le financement est partagé par FO santé qui estime que "la stricte reconduction des moyens nécessiterait une augmentation de 4%" de l'Ondam, et regrette qu'il n'y ait de "reconnaissance indiciaire que pour une partie des agents, à savoir les aides-soignants exerçants en Ehpad". 

"Il est donc facile de présenter ke tarification à l'activité (T2A) comme étant le principal responsable du manque d'efficacité du système de santé, c'est bien l'enveloppe fermée et limitative qui a pour conséquence les difficultés qu'ont les établissements dans le financement de leurs activités", poursuit FO, ajoutant que "la question centrale demeure l'attribution des moyens en fonction des besoins de la population". 

CFDT et CFTC saluent certaines mesures

La CFDT salue  "des annonces positives" mais déplore un "financement insuffisant"

Parmi les éléments positifs relevés par le syndicat : regroupement des professionnels de premier recours,  hôpitaux de proximité, répartition "plus claire" entre établissements de proximité, recours et référence, suppression du Numerus Clausus pour l'entrée en médecine, correction de l'organisation interne des hôpitaux et promotion du dialogue social ainsi que des mesures spécifiques pour certains personnels. 

Concernant l'Ondam, la CFDT considère que l'augmentation de 2,5% ne sera pas suffisante pour "répondre aux besoins d'une population vieillissante et à l'aspiration de chacun à bénéficier du progrès médical". 

Elle appelle donc le gouvernement à desserrer "plus fortement encore l'étau qui comprime les budgets de la santé [...] surtout quand les trajectoires permettent d'envisager des excédents conséquents pour la sécurité sociale". 

De son côté, la CFTC se réjouit de voir certaines de ses propositions reprises, telles "la sortie progressive du tout T2A",  la "revalorisation salariale des infirmiers en EHPAD", la création de nouvelles structures de proximité, le développement des CPTS (Communautés professionnelles territoriales de santé), l'accélération et la mise en oeuvre réelle du virage numérique en santé. 

Elle souhaite toutefois voir des "financements transversaux" étendus à d'autres pathologies que l'insuffisance rénale et le diabète, s'interroge sur la revalorisation des salaires pour les autres professionnels de santé et attend des clarifications sur les missions, les tâches et les qualifications des assistants médicaux. 

Rédaction ActuSoins (avec APMnews et Communiqués de presse)

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
275 rq / 3,611 sec