Masseur-kinésithérapeute : un métier en danger ?

Alors que les autres professions de santé se voient proposer des réformes par le gouvernement, les kinés craignent d’être laissés de côté. 


Lors d'une journée d'action des kinés en novembre 2016 en opposition aux réformes de santé

Photo d'illustration. Lors d'une journée d'action des kinés en novembre 2016 en opposition aux réformes de santé. © M.Surbled / ActuSoins.

Mme Pascale Mathieu, présidente de l’Ordre national des masseurs-kinésithérapeutes, a rencontré jeudi 6 septembre à Matignon M. Couillard, conseiller d’Edouard Philippe. Elle a ainsi pu évoquer les difficultés actuelles inhérentes à la profession, avant l’annonce du« Plan Hôpital » qui sera dévoilé le 18 septembre prochain.

Des quotas contournés

Source : rapport démographie des kinésithérapeutes sur l'année 2016. Sept 2017.

 « J’ai évoqué en premier lieu la démographie de notre profession. Les quotas actuels sont contournés par les étudiants qui vont faire leurs études à l’étranger puis reviennent en France. C’est sans compter sur la reconnaissance des diplômes étrangers. Ces derniers peuvent être validés même s’ils ne comportent que trois années d’études, puisque la reconnaissance du diplôme prend en compte l’ancien programme de 2015 , explique-t-elle.  Ainsi, sur 4784 nouveaux inscrits à l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes en 2016, 1755 venaient de l'étranger

 

Le cœur du problème : Les études de kinésithérapie

Sur ce point, Mme Mathieu est rejointe par M. Paguessorhaye, président de la FFMKR [1], premier syndicat des kinésithérapeutes : « La première de nos revendications, c’est la reconnaissance au statut de Master2 de nos cinq années d’études. 

Cela est d’autant plus important qu’il permettrait de revaloriser la rémunération des grilles salariales 
au niveau du monde hospitalier et ainsi de combler les postes manquants. »

En effet, l’hôpital manque cruellement de kinésithérapeutes. « Les étudiants voient aujourd’hui leurs frais d’inscription augmenter. Ils sont donc obligés de faire des emprunts. Une fois diplômés, le salaire hospitalier ne leur permet pas de rembourser leur prêt, ils choisissent 
alors le monde libéral
 », explique le président du syndicat.

Concernant ces fameux frais d’inscription, il constate une totale disparité sur la France.  La cause ? Le financement des études en IFMK [2]  dépendrait du "bon vouloir de chaque conseil régional". Pour exemple les frais de scolarité s’élevaient pour Rouen à 184 euros par an et sont passés cette année à 4700 euros.

« Notre profession de santé a une utilité sociale et sociétale, il n’est pas normal d’avoir 
des instituts de formation publics et privés avec un coût différent
 », s’insurge MmeMathieu.

Cette désertification du monde hospitalier « implique un problème dans la formation initiale », souligne-t-elle. En effet, les étudiants ne peuvent plus être formés, car il manque des terrains de stage.

La chiropraxie, le sujet qui fâche

Mais l’aspect qui fait couler le plus d’encre chez les masseurs-kinésithérapeutes concerne la réglementation des études de chiropraxie fixée par l’arrêté du 13 février dernier, et sur lequel ils ne décolèrent pas. La mise en avant de la formation de chiropracteur serait pour certains, la porte d’entrée au début du déremboursement. « C’est la possibilité de prendre en charge des personnes sans que la sécurité sociale ne débourse un seul centime », déclare M. Paguessorhaye.

C’est aussi, pour d’autres, une forme de régression de leur profession avec la sensation de se voir distribuer leurs compétences à la faveur de la chiropraxie.

La présidente de l’Ordre, à ce titre vient de recevoir une plainte au pénal pour dénigrement provenant de l’Association Française des chiropracteurs. Le chapitre est  loin d’être clos.

Flavie Peribois

Exercice salarié des masseurs-kinésithérapeutes : un colloque dédié

Le  11 octobre prochain, le conseil national de l'Ordre national des masseurs-kinésithérapeutes organise un colloque intitulé :« Sauvons l’exercice salarié », qui exposera les résultats d’une enquête menée par l’Observatoire de la démographie de ce dernier. « Ce que l’on peut d’ores et déjà souligner, c’est qu’il existe une morbidité certaine due au manque de 
kinésithérapeutes à l’hôpital », confie Mme Mathieu.

 

[1] FFMKR : Fédération française des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs

[2] IFMK :  Institut de formation en masso-kinésithérapie

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
410 rq / 2,832 sec