La simplification administrative, avec l’embauche de personnels sont les principaux leviers identifiés par les soignants pour regagner du temps au lit du patient. 

Les professionnels de santé sont débordés. C'est ce que confirme un sondage Odoxa, réalisé pour la MNH, Le Figaro et France Info, qui assure aussi le mécontentement des soignants concernant l'organisation de leur temps de travail. 

Des risques d'erreurs

9 soignants sur 10 ont le sentiment que leur charge de travail, déjà lourde, s'intensifie et une nette majorité d'entre eux pensent que leur direction a pleinement conscience du problème mais plus des trois-quarts pensent qu'elle en s'en préoccupe pas.

La plupart des soignants dépassent  - parfois de beaucoup - les 35 heures hebdomadaires, révèle le sondage. Pour les médecins hospitaliers, la moyenne se situe à 47 heures par semaine. 

A ce volume horaire à l'hôpital, s'ajoutent toutes les sollicitations professionnelles s'effectuant en dehors de ce temps de travail, déjà très important.

Ce manque de temps a des conséquences lourdes en termes de risques psychosociaux et fait aussi courir aux soignants de sérieux risques d'erreurs avec leurs patients. 

Ainsi, la majorité des personnels (51%) et surtout les médecins hospitaliers (62%) déclarent manquer "toujours", ou au moins "souvent" de temps pour réaliser toutes leurs tâches. 

>> LIRE AUSSI - Infirmière, infirmier, erreurs : signaler, analyser et… prévenir les événements indésirables associés aux soins >>

Leur tâche de travail, en plus d'être soutenue, est "inégale au point qu'ils accumulent du retard"; et les empêchent de prendre des pauses dans leur travail. Du coup, ce manque de temps et ce stress empêchent bon nombre de soignants de consacrer aux patients le temps qu'ils voudraient leur accorder : 70% des personnels hospitaliers et un médecin sur deux (49%) estiment ainsi qu'ils n'ont "jamais", "rarement", ou en tout cas seulement "parfois" du temps pour parler au patient. 

Logiquement dès lors, ils ne disposent pas non plus de suffisamment de temps pour faire de la prévention et de l'éducation des patients : un personnel sur deux (49%) et presque autant de médecins (43%) estiment ne "jamais" ou "rarement" en faire. 

En conséquence il se développe chez l'ensemble des personnels soignants une angoisse et une source de stress majeure : mal soigner leurs patients ; ainsi, plus de la moitié d'entre eux (en incluant les réponses "parfois") se disent préoccupés par la crainte de faire des erreurs par manque de temps. 

Moins de tâches administratives

L'ensemble des personnels déclarent ne consacrer qu'un peu plus de la moitié de leur temps de travail au patient...et ils le déplorent : eux souhaiteraient pouvoir consacrer plus de temps directement avec le patient. 

>> LIRE AUSSI - Hôpital : redonner du temps aux professionnels de santé >>

La patient au coeur de tout...en tout cas il le devrait! Tel semble être le credo des personnels et des médecins : 60% à 70% d'entre eux estiment que le temps consacré à l'échange entre professionnels sur le patient est "insuffisant" et tous, estiment, à l'inverse que les tâches administratives leur font perdre trop de temps dans leur quotidien. 

La simplification administrative est d'ailleurs, avec l'embauche de personnels, le principal levier identifié par les soignants pour regagner du temps à l'avenir. 

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “La simplification administrative, avec l’embauche de personnels sont les principaux leviers identifiés par les soignants pour regagner du temps au lit du patient. ”

  1. Anonyme dit :

    On n’en peut plus de ce type d’article… En plus il me semble qu’on y a déjà eu droit il y a quelques semaines… Ça radote !
    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2112096278817780&id=107630932597668

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
218 rq / 1,856 sec