Dépression, épuisement professionnel, mal-être : l’Ordre National des Infirmiers publie des résultats inquiétants

L'ONI Ordre national des infirmiers a publié aujourd'hui les résultats d'un sondage reflétant un sentiment de mal-être global chez les soignants. 63% d'entre eux ont d'ailleurs répondu ressentir "très souvent" au moins un symptôme d'épuisement professionnel. 

Dépression, épuisement professionnel, mal-être : l'Ordre National des Infirmiers publie des résultats inquiétantsOn le savait, mais rien n'était vraiment chiffré. Aujourd'hui, plus de contradiction possible : les soignants, à 63%, souffrent d'un ou plusieurs symptôme d''épuisement professionnel, selon le sondage*. Un  peu plus de 42% des répondants se déclarent ainsi "se sentir très souvent à bout" au terme de la journée de travail et une quasiment identique proportion déclarent se sentir fatiguée le matin avant d'avoir à affronter une autre journée de travail. 

"Ces constats sont véritablement inquiétants d'autant que les conséquences sur la santé ne sont pas neutres", explique l'ONI. 

Déjà, il y a l'aspect  psychologique : près de 25% des répondants déclarent avoir déjà consulté un psychiatre ou un psychologue en lien avec le travail. 

Puis, l'aspect sanitaire plus large : 20% sont fumeurs réguliers voire très réguliers. En revanche, les consommations d'autres substances sont faibles. Mais plus de 65% des infirmiers ont renoncé dans les deux dernières années à s'absenter pour maladie alors même que leur état de santé le justifiait. 

Près de 22% des répondants envisagent de cesser leur activité

Si 37% des répondants déclarent se sentir "très souvent" émotionnellement vidés par leur travail (ils sont près de 46% à estimer l'être "parfois"), près de 22% des répondants envisagent de cesser leur activité (17,17% chez les jeunes de 21 à 29 ans). 

Les répercussions du travail sur a vie sociale et familiale

Causes et conséquences notamment : les répercussions du travail, son rythme (ou son arythmie) et ses conditions qui "affectent souvent la vie sociale, la vie familiale, la santé". "Parfois aussi l'efficacité professionnelle et les finances", remarque l'ONI Ordre national des infirmiers

M.S

*L'enquête a été conduite du vendredi 30 mars au samedi 7 avril 2018. 18653 infirmiers ont répondu au questionnaire auto-administré de l'ONI qui comprenait 25 questions aux réponses obligatoires. 57,74% des répondants étaient des infirmières salarié(e)s. 39,18% des infirmières libérales (l'activité mixte concernait, elle, 3,07%). 

Un numéro national d'aide aux soignants

Le mal-être ressenti, notamment au sein de la profession infirmière, n'est pas sans conséquences sur la qualité et la sécurité des soins. Afin de mieux prendre en compte cet enjeu de santé publique, l'Ordre National des Infirmiers, l'Ordre National des Médecins ainsi que sept associations et structures d'aide aux soignants lancent un dispositif national d'aide aux soignants. Au coeur du dispositif : le 0800 800 854. Il s'agit d'un numéro de téléphone unique disponible 24h/24, 7j/7 pour tous les professionnels de santé en détresse, quels que soient leur spécialité ou leur mode d'exercice, sur tout le territoire. Les professionnels qui appelleront le numéro seront en contact avec des psychologues cliniciens formés et pourront, en fonction de leur demande bénéficier d'un soutien psychologique, être réorientés vers le Conseil départemental de l'Ordre des infirmiers ou être réorientés vers les services de l'Ordre national des infirmiers

Dépression, épuisement professionnel, mal-être infirmière étude ONI ordre national des infirmiers

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

86 réponses pour “Dépression, épuisement professionnel, mal-être : l’Ordre National des Infirmiers publie des résultats inquiétants”

  1. Anonyme dit :

    Et ouais…
    Comment bien soigner quand les soignants ont besoin de soins…..

  2. Anonyme dit :

    L ordre est la pour la qualité du soin au patient et la non dangerosité du professionnel de santé sur le soin. Donc si, a un niveau general, il a toute sa place dans la lutte contre la maltraitance des IDE sauf a violer son engagement.

  3. Anonyme dit :

    Maïwen Specque Claire Ladhuie Célia Quittard David Rouziere

  4. Anonyme dit :

    Bonsoir à tout les infirmiers et au infirmier ‍⚕️ moi j’ai in grand merci a dire au infirmière qui passe deux foie pas jour 24hsur24 bravo à vous tous car ses pas toujours facile pour heux merci à mes deux infirmiers pour tout

  5. Anonyme dit :

    Camille Mouri on a eu l idée du siècle y a quelques année

    • Anonyme dit :

      Tu fais pas ça par dépit mais à force de te faire chier sur le coin de la gueule alors que tu te défonce pour les gens, tu fais plus qu’il ne faudrait parce que tu as bon cœur et que ça te fait plaisir tu te dis qu’il y a un problème .et au bout de 10 ans ça commence vraiment à être pénible de constater que de plus en plus les gens te prennent pour “Jeffrey ” , pénible d’être la cinquième roue du carrosse dans le sens ou tu passes toujours après le kiné après le médecin ( qui lui ne prévient pas s’il passe pas sans que ça pose le moindre problème) alors que toi si t’as le malheur d’être bloqué dans les bouchons ou d’avoir un patient qui va moins bien tu te fais pourrir par les suivants qui n’ont pourtant rien d’autres à foutre de la journée et avec la menace de changer d’infirmier ! Le monde des IDEL est un monde de requins !

  6. Anonyme dit :

    Mascarille Salomon voilà pourquoi je me vois faire plus tard une dépression

  7. Anonyme dit :

    Emilie Ortu Capello tu le vis bien toi? Mdrrr

  8. Anonyme dit :

    Inès Baïsse il est encore temps de devenir jardiniers !

  9. Anonyme dit :

    On attend quoi pour faire quelque chose? Le chaos? Le burnt out massif?.c est désolant !

  10. dom30 dit :

    La plateforme SPS PREND SOIN DE TOUS LES SOIGNANTS:SPS Soins aux Professionnels de Santé prends en charges depuis 18 mois 2300 soignants dont 730 infirmiers !!!!!! 34 % des appels ON LE SAIT ON PREND EN CHARGE ? 24 H / 24 faites connaitre le numéro
    0805232336
    Dominique “sentinelle” SPS pour ne plus laisser un soignant souffrir SEUL.

  11. Anonyme dit :

    l’ONi n’est pas là pour défendre, ce n’est pas son role. C’est un organisme d’encadrement, ce n’est pas un syndicat

  12. Anonyme dit :

    Ah oui mais notre /nos ministres disent que ça n’existe pas l’épuisement professionnel….

  13. Anonyme dit :

    ok, on a les chiffres “on s’en doutait” super et l’ONI il en fait quoi des chiffres ? les comparer à ceux de l’an prochain ? parce qu’honnêtement, je nous vois mal partis … et l’ONI il sait demander des sous mais pour nous défendre ??

    • Anonyme dit :

      Ne confondons pas le rôle de l’Ordre qui est là pour nous représenter et faire la police (ok, c’est pas de cela dont tu as besoin) et celui des syndicats. Et pour anticiper ce que tu vas dire : nous sommes parmi les pays avec le moins de syndiqués. On devrait faire comme à la SNCF : tout le monde est syndiqué ! ?

    • Anonyme dit :

      Abdel Fifi Nagra les syndicats ne sont pas entendus à l’hopital, (du moins chez nous) pas parce qu’ils ne sont pas en nombre, mais parce que du fait qu’on n’a pas le droit de faire grève (si mais silencieuse) on n’a pas le poids. Je regrette que l’ONI mette des batons dans les roues des ide qui veulent avoir une 2nd activité, pour avoir les renouvellement d’autorisation de remplacement même en s’y prenant 3 mois à l’avance, tu as la réponse le dernier jour … comment s’organiser s’ils refusent ? car il faut voir le nombre de refus …dans ce pays travailler est un gros mot et les collègue syndiqués qui te prennent leur heure syndicale en plein rush et quittent le service je trouve ça pas normal ..

    • Anonyme dit :

      Lili ArnLabat effectivement, mais il faudrait prendre le problème à l’envers : pourquoi serions nous la seule profession à être l’esclave de son travail ? Parce que nous sommes investis et pensons à nos patients ? OK, mais bientôt nous n’aurons même plus la possibilité d’être à la place de ces patients un jour.

      Pensons d’abord à nos conditions de travail, car sans elles, les patients ne seront pas soignés.

      L’histoire du refus du droit de grève, si tu te renseigne bien, c’est dans notre tête : il y a en France bien plus d’IDE que de policiers, gendarmes et militaires… impossible d’aller nous chercher un à un chez nous : ils ne sont pas assez nombreux ?

      Regarde cette belle histoire :
      http://www.espaceinfirmier.fr/actualites/au-jour-le-jour/articles-d-actualite/les-infirmieres-finlandaises-victorieuses-a-l-issue-du-conflit.html

    • Anonyme dit :

      Lili ArnLabat effectivement, mais il faudrait prendre le problème à l’envers : pourquoi serions nous la seule profession à être l’esclave de son travail ? Parce que nous sommes investis et pensons à nos patients ? OK, mais bientôt nous n’aurons même plus la possibilité d’être à la place de ces patients un jour.

      Pensons d’abord à nos conditions de travail, car sans elles, les patients ne seront pas soignés.

      L’histoire du refus du droit de grève, si tu te renseigne bien, c’est dans notre tête : il y a en France bien plus d’IDE que de policiers, gendarmes et militaires… impossible d’aller nous chercher un à un chez nous : ils ne sont pas assez nombreux ?

      Regarde cette belle histoire :
      http://www.espaceinfirmier.fr/actualites/au-jour-le-jour/articles-d-actualite/les-infirmieres-finlandaises-victorieuses-a-l-issue-du-conflit.html

  14. Anonyme dit :

    Epuisement arret maladie la spirale infernal le blouze des blouses blanches

  15. Anonyme dit :

    Il faut que je me dépêche car sinon je vais faire partie des 37%

  16. Anonyme dit :

    C’est du blabla de bureaucratie. …. et je preche pour ma paroisse sur la pression mise sur les cadres pour faire appliquer les politiques

  17. Anonyme dit :

    Concrètement c’est bien de faire un sondage d avoir des chiffres à l appui mais après l ONI fait quoi ??? Les plateformes d écoute pourquoi pas perso je suis sceptique c’est du raccollage pour adresser ceux qui ne sont pas encore inscrit à l ONI mais bon..
    Donc concrètement on est 63 % a être épuisés et après ??

  18. Anonyme dit :

    Et oui on fait des économies sur le personnel et pas que il manque aussi du matériel mais ce n est pas grave il faut rentabiliser !

  19. Anonyme dit :

    Pas les seuls malheureusement. Regardez du coté de l’éducation nationale et vous trouverez les mêmes maux!!!

    • Anonyme dit :

      sauf que les soignants n’ont pas le droit de faire grève, et en cas d’absence les collègues sont rappelés sur leurs congés ou repos avec “menaces” s’ils ne viennent pas .. alors que les prof absents ça arrive et leur absence ne risque pas de tuer les élèves. Notre statut ne nous permet pas de nous défendre, on est des pions à qui les hopitaux nous imposent des services qu’on ne veut pas, et être polyvalents où des médecins ont eux, leur spécialité …

    • Anonyme dit :

      Lili ArnLabat on peut ajouter que nous, on aimerait comme à l’éducation nationale être dispo les week-ends et jours fériés, fêter Noël en famille, et recevoir le cadeau de fête des mères le jour J (confectionné par l’éducation nationale justement).
      Et qd on est prof, on mange et on a le temps de pisser sur son temps de travail etc… on ne va pas faire la liste mais dire qu’on a les mêmes maux
      Certes il faut défendre chaque service public mr levy, mais comparons ce qui est comparable

    • Anonyme dit :

      Mr Levy, ce n’est pas le sujet ici. Et ne comparons pas ce qui ne l’est pas merci. Nous passons notre temps à prendre soin des autres, merci de respecter un sujet qui pour UNE fois nous concerne

  20. Anonyme dit :

    Qui a était Sondé par L’ONI dernièrement ?

  21. Anonyme dit :

    L’ONI existe encore ? nom de Dieu !

  22. Anonyme dit :

    Oui c’est vrai le même article que l’an dernier. ..J’ai cru que ct un souvenir de Facebook
    Et évidemment rien ne bouge…Sinon les gens qui s’arrêtent en burn out .

  23. Anonyme dit :

    Le même constat qui tourne en boucle depuis des lustres… et rien ne bouge… je vais finir par me désinscrire de ces pages professionnelles… Perte de temps et agacements !

  24. Anonyme dit :

    En dehors d’observer, constater et publier ce que nous savons déjà, à quand une action de l’ONI?

  25. Anonyme dit :

    Mohamed Amri Wissem Abedbahtou ça va vous le vivez plutôt bien vous …

  26. Anonyme dit :

    Bravo L’oni bonne déduction, heureusement que vous êtes là pour le signaler sinon on ne l’aurait jamais deviné! pffff!

  27. Anonyme dit :

    Bien triste tout ça mais tellement vrai…

  28. Anonyme dit :

    D’après la buse, le problème vient du fait qu’il y a trop de monde aux urgences…

  29. Anonyme dit :

    D’après la buse, le problème vient du fait qu’il y a trop de monde aux urgences…

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
308 rq / 17,008 sec