Euthanasie : 83 parlementaires disent leur opposition à une évolution de la loi

Dans une tribune au quotidien Le Monde, 83 parlementaires et 2 professionnels de santé s'opposent à la récente proposition de 156 députés de modifier la législation concernant la fin de vie. La tribune est accompagnée sur la même page d'une autre, d'Anne de la Tour, présidente de la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs (Stap) qui redit son opposition à une légalisation de l'euthanasie et au suicide assisté. 

"Ouvrir la porte à la légalisation de l'euthanasie, n'est-ce pas un encouragement de cette pratique, dans une société de plus en plus déshumanisée, hygiéniste, qui rejette la mort, devenue indécente, tel un dernier tabou?", interrogent les auteurs. 

Les 83 parlementaires et 2 professionnels de santé signataires, remarquent que la loi Claeys-Leonetti est "à peine mise en oeuvre, mal connue et a fortiori non encore évaluée". "Cela soulève le problème de l'insuffisance des soins palliatifs, pour ne pas parler de grande misère", écrivent-ils. 

Cette prise de parole fait suite à une autre tribune publiée par Le Monde (daté du 28 février), dans laquelle 156 députés d'horizons différents plaidaient , eux, pour "donner aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps et de leur destin", et annonçaient vouloir légiférer sur le sujet de cette année. A leurs yeux, il fallait aller plus loin que la loi Claeys-Leonetti de 2016. 

Rédaction ActuSoins

La  parue le 2 février 2016 au Journal Officiel, a déjà changé de nombreux aspects sur la fin de vie. 

Depuis le 2 février 2016, la sédation profonde et continue jusqu'au décès est autorisée pour les patients atteints d'une affection grave et incurable. De même, l'alimentation et l'hydratation sont à présent considérés comme des soins, ce qui autorise l'équipe médicale à les interrompre en phase terminale, pour ne pas maintenir en vie une personne de façon prolongée. Les directives anticipées des patients sont également plus contraignantes.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

9 réponses pour “Euthanasie : 83 parlementaires disent leur opposition à une évolution de la loi”

  1. Anonyme dit :

    La France est son éthique …
    Je crois qu’ils n’ont aucune idée de ce que signifie pathologie incurable bref heureusement que nous avons évoluer dans la prise en charge de la douleur car il y a encore peu de temps ce n’était pas le cas.

  2. Anonyme dit :

    83 sur 577, on a encore de la marge !!!

  3. Anonyme dit :

    ne parlons plus d’euthanasie,mais d’aide à la fin de vie

  4. Anonyme dit :

    Chacun devrait pouvoir décider pour lui même

  5. Anonyme dit :

    Les députés les députés et seulement deux soignants?
    Il serait judicieux de proposer un référendum à cela ….
    ainsi soignants malades et familles en votant s’exprimeraient !!!

  6. Anonyme dit :

    exactement c’est au peuple qu’il faut poser la question, il n’y a pas que les hommes politique qui sont capables de répondre à cette question, ils sont trop bornés pour comprendre.

  7. Anonyme dit :

    Pour ces questions sociétales, il faut organiser une consultation populaire directe, la demi mesure , les adaptations , les accomodements ci et là génèrent trop d’aleatoire et d’inégalités dans la fin de vie

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
217 rq / 2,013 sec