Oise : un deuxième guichet unique pour faciliter l’installation des libéraux (infirmiers, médecins)

L'ARS des Hauts-de-France ouvre mi-mars à Beauvais un deuxième guichet unique d'aide à l'installation des professionnels de santé libéraux, médecins et infirmiers. Comme dans l'Aisne, où un guichet de ce type existe depuis quatre ans, les futurs IDEL y trouveront tous les conseils et démarches sur tous les aspects de leur installation.

Oise : un deuxième guichet unique pour faciliter l'installation des infirmiers et médecins libérauxLes infirmières qui souhaitent s'installer en libéral dans l'Oise, comme leurs homologues médecins, vont pouvoir s'adresser à partir du 13 mars au guichet unique, d'aide à l'installation que l'Agence régionale de santé des Hauts-de-France ouvre à Beauvais.

Deux jeudis après-midis par mois, elles pourront y rencontrer tous les interlocuteurs utiles. Des représentants de l'ARS, de la CPAM, de l'Urssaf, du Conseil départemental de l'Oise, du conseil interdépartemental de l'Ordre des infirmiers et de l'Union régionale des professionnels de santé infirmiers ainsi que le réseau associatif de financement de la création d'entreprise Initiative Oise, seront présents, au même moment, lors de ces permanences pour recevoir les infirmières et infirmiers qui projettent de s'installer en libéral.

Faciliter les démarches

Selon l'ARS, ils pourront d'une part conseiller les professionnels de santé sur leur installation, notamment les mesures d'accompagnement et les outils d'aide à la décision comme les cartes de dotation en infirmiers libéraux. Leur présence concomitante permettra d'autre part aux infirmiers d'effectuer, en une seule fois, toutes les formalités administratives nécessaires. Il leur suffit de prendre rendez-vous, dès à présent, par téléphone (03 44 89 61 15), par mail (ars-hdf-guichet-unique-60@ars.sante.fr) ou sur le site web du dispositif (www.jeminstallenliberal.fr).

Il s'agit du deuxième guichet unique de ce type en France. Le premier a été ouvert en 2014 dans l'Aisne, rappelle Edith Plantefève, présidente du comité interdépartemental de l'Ordre des infirmiers (Cidoi) de l'Aisne, l'Oise et la Somme. Au 31 décembre 2017, il a accompagné quelque 150 professionnels de santé, dont deux tiers d'infirmières et infirmiers.

« Au lieu de prendre rendez-vous avec chaque intervenant, poursuit la présidente du Cidoi, les professionnels de santé les rencontrent tous, en même temps ». Pendant une heure à une heure et demie, le candidat à l'exercice libéral échange, seul, avec tous les intervenants réunis. Cécile Lombart, infirmière installée dans l'Aisne en juillet 2017, a apprécié son rendez-vous préalable au guichet unique. Elle a pu tour d'abord remplir sur place la demande d'autorisation d'installation apporté par le représentant de l'ARS.

Des conseils précieux

En tant qu'agent de la fonction publique, elle s'est vue conseiller de demander une mise en disponibilité, pour se laisser la possibilité de revenir vers l'hôpital si l'expérience libérale n'est pas concluante. Autre conseil précieux : le représentant de l'URPS a rappelé à Cécile la nécessité d'anticiper la régulation des cotisations appelées par l'Urssaf, deux ans après l'installation. Pour Edith Plantefève, qui participe à ces rendez-vous au nom de l'Ordre infirmier, cette information « évite les redressements ou les liquidations judiciaires de cabinets dans les trois ans » pour cause d'imprévoyance.

Une (bonne) surprise attendait Cécile au sujet de son secteur d'installation : « le représentant de la CPAM m'a expliqué que je voulais m'installer dans une zone de revitalisation rurale, qui me rend éligible à une exonération d'impôts, raconte-t-elle. Je ne savais pas que cela existait. Il m'a ensuite envoyé par mail le formulaire de demande d'exonération. »

Lors de ce rendez-vous, il explique aussi la nécessité d'obtenir auprès de son employeur le nombre d'heures travaillées comme salarié ou les démarches pour obtenir la carte de professionnel de santé. Le représentant de l'Ordre, de son côté, vérifie que le futur infirmier libéral est bien inscrit à l'ordre et, si ce n'est pas le cas, lui remet en mains propres le dossier d'inscription.

Consolider l'installation

« On évoque aussi le matériel à utiliser pour la télétransmission, les logiciels utiles, les assurances santé ou auto à souscrire, ajoute la présidente du Cidoi. Nous donnons un carnet qui comprend le code de déontologie des infirmiers et nous rappelons quelques principes sur la publicité, les cartes de visite... ». L'utilité de suivre une formation à la nomenclature est aussi abordée ainsi que les limites des frais professionnels ou encore l'idée de se présenter aux autres professionnels de santé du secteur, y compris infirmiers. Le représentant d'Initiatives Aisne, qui héberge le guichet, délivre pour sa part des conseils de gestion financière du cabinet, évoque la nécessité de se faire accompagner par un expert comptable et les différents contrats de prévoyance.

Cécile a aussi découvert que l'Ordre pouvait examiner les contrats de collaborations entre infirmiers libéraux avant signature. « Je leur ai envoyé le mien par mail et ils m'ont renvoyé leur avis, raconte l'infirmière. Comme il n'y avait pas de souci, j'étais sereine. »

L'accompagnement, qui devrait, à l'avenir, ne plus être limité à la période de l'installation, peut s'étendre dans le temps. « On repart avec les cartes de visite de chacun », observe Cécile Lombart. Edith Plantefève confirme : les infirmières libérales peuvent recontacter les interlocuteurs rencontrés voire reprendre rendez-vous au guichet en cas de besoin.

Olivia Dujardin

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

8 réponses pour “Oise : un deuxième guichet unique pour faciliter l’installation des libéraux (infirmiers, médecins)”

  1. myrtilles29 dit :

    Bonjour
    Jeune Idel fraichement installée je me tourne vers vous pour solliciter votre aide ! En effet après plusieurs lectures sur différents forums je me suis rendu compte que beaucoup d’entre nous se questionnent sur les cotations de nos actes. Au fil des discutions j’ai trouvé des liens vers différents organismes qui proposent des « journées de formations » notamment pour les nouveaux installés et qui abordent ainsi la NGAP et sa bonne interprétation…Elles sont à priori souvent Co animées par des logiciels de comptabilité (FIDUCIAL ) des organismes validant le DPC (ORION, ENZIM…) Syndicats ( FNI avec notamment une spéciale « optimisation des cotations »…) On retrouve ainsi sur les forums plusieurs exemples de cas concrets et certaines réponses s’appuient sur les dires de ces formateurs pour valider ou non les propositions de cotations qui seront ensuite transmises aux caisses …. La CPAM via sa plateforme téléphonique répond également il me semble aux différentes questions relatives aux cotations.
    Du coup faut-il prendre pour « argent comptant » les réponses de ses formateurs qui vous garantissent une validation postérieure de la caisse ? Faut-il faire valider par la caisse avant de facturer ?
    Je n’ai pas la possibilité pour l’instant de m’inscrire à une de ses formations mais je pense que pour ceux ou celles qui ont pu y assister des nombreuses questions ont été levées…
    Je cherche donc des retours d’expériences sur ces réunions avec idéalement le support PDF qui vous a peut-être été laissé à disposition à la fin de celles-ci…
    Merci beaucoup pour ceux et celles qui trouveront un petit moment dans nos journées si chargées pour un petit retour !
    Bonne journée à bientôt
    Très cordialement
    Virginie
    myrtilles29@laposte.net

  2. Anonyme dit :

    Clémence Isambert même la dessus on nous confond c’est pour ça que l’on m’a interrogé.

  3. Anonyme dit :

    Bravo pour l’article. Je suis l’infirmière interrogée et si je peux me permettre, mon nom est Cécile Lombart Clémence est ma soeur. Merci à Mme Dujardin pour son intérêt.

  4. Master Thief dit :

    De la mousse…..l’ARS qui n’y connait strictement rien au libéral, je la vois mal placée pour donner quelque conseil que ce soit….autrement, on ne voit que trop bien la collusion URPS/ONI si fréquente dans de nombreux départements, forcément ce sont des conseillers “multi-casquettés”….

    En clair, on les retrouve aux URPS, à l’Ordre, dans les commissions paritaires de la sécu et, fin du fin, dans les syndicats IDEL….je crois que dans mon département, il y en a un qui a 6 ou 7 casquettes, à savoir quand il voit des patients…

    Bref, tout cela pour faire de la mousse, se faire croire utile….

  5. Anonyme dit :

    Si seulement ce système pouvait se généraliser !
    Vu l’étendue des démarches à effectuer, ce ne serait pas de trop …

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
223 rq / 2,064 sec