La consommation d’aliments ultra-transformés favoriserait le cancer

Une nouvelle étude publiée aujourd'hui dans le British Medical Journal, associant des chercheurs de l'Inserm, de l'Inra et de l'Université Paris 13, suggère une association entre la consommation d'aliments ultra-transformés et le sur-risque de développer un cancer. 

© Fotolia

Durant les dernières décennies, les habitudes alimentaires se sont modifiées dans le sens d'une augmentation de la consommation d'aliments ultra-transformés qui contribuent aujourd'hui à plus de la moitié des apports énergétiques dans de nombreux pays occidentaux. Ils se caractérisent souvent par une qualité nutritionnelle plus faible, mais aussi par la présence d'additifs alimentaires, de composés néoformés et de composés provenant des emballages et autres matériaux de contact. 

Des études récentes avaient déjà montré des associations entre la consommation d'aliments ultra-transformés et un risque accru de dyslipidémies, de surpoids, d'obésité et d'hypertension artérielle. La nouvelle étude publiée dans le British Medical Journal, elle, suggère un sur-risque de développer un cancer. 

Au total, 104 980 participants de la cohorte française NutriNet-Santé (suivis entre 2009 et 2017) ont été inclus. Les données alimentaires ont été recueillies à l'entrée dans l'étude à l'aide d'enregistrements de 24h répétés, conçus pour évaluer la consommation habituelle des participants pour 3300 aliments différents. Ceux-ci ont été classés en fonction de leur degré de transformation par la classification NOVA. 

Au cours du suivi, 2228 cas de cancers ont été diagnostiqués et validés. Une augmentation de 10% de la proportion d'aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire s'est révélée être associée à une augmentation de plus de 10% des risques de développer un cancer global et un cancer du sein en particulier. 

Le lien de cause à effet reste à démontrer

"Ces résultats étaient significatifs après prise en compte d'un grand nombre de facteurs sociodémographiques et liés au mode de vie, et également en tenant compte de la qualité nutritionnelle de l'alimentation. Ceci suggère que la moins bonne qualité nutritionnelle globale des aliments ultra-transformés se serait pas le seul facteur impliqué dans cette relation, explique l'INSERM. Ces résultats doivent être considérés comme une première piste d'investigation dans ce domaine et doivent être confirmés dans d'autres populations d'étude. Notamment, le lien de cause à effet reste à démontrer". 

De même, d'autres études sont nécessaires afin de mieux comprendre l'impact relatif des différentes dimensions de la transformation des aliments (composition nutritionnelle, additifs alimentaires, matériaux de contact et contaminants néoformés) dans ces relations. 

Pour poursuivre ces travaux, l'équipe de recherche lance actuellement un nouveau programme sur les additifs alimentaires, dont l'objectif principal sera d'évaluer les expositions alimentaires usuelles à ces substances et d'étudier leurs effets potentiels sur la santé et la survenue de maladies chroniques.

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

6 réponses pour “La consommation d’aliments ultra-transformés favoriserait le cancer”

  1. Anonyme dit :

    Et la consommation des autre aussi à cause des pesticides, alors que fait-on ????

  2. Anonyme dit :

    L’alcool tue la cigarette tue la pollution tue l’a mal bouffe tue aussi . Et même en ayant une vie saine sans tout ça on a encore des cancers alors des fois je me pose des questions …..

  3. Anonyme dit :

    Moi je serais plus prudent vis à vis d’une telle étude. Cela se base sur un questionnaire en ligne soumis à des volontaires. Cela génère pas mal de biais. De plus une augmentation de l’incidence de 10% est à la limite du significatif, et peut très bien s’expliquer par des facteurs de confusion. Peut-être que ceux qui mangent des plat préparé sont plus sédentaire…
    Pour rappel l’augmentation du cancer du poumon chez le fumeur régulier est de l’ordre de 2500% là au moins on a un lien de cause à effet patent.

    • Anonyme dit :

      Manifestement je ne suis pas le seul à penser cela, voila un extrait de l’article de Ouest France, qui a traité de la même façon alarmiste que les autres médias →
      « Le lien de cause à effet reste à démontrer », a acquiescé l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, qui a financé l’étude avec d’autres institutions publiques françaises.

      D’autres facteurs peuvent entrer en jeu, selon la revue, car « par exemple, le tabagisme et une activité physique faible étaient bien plus répandus chez les participants qui consommaient une plus grande proportion d’aliments ultratransformés ».

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
178 rq / 1,872 sec