Un nouveau président pour l’Ordre des infirmiers

Patrick Chamboredon, infirmier en hémodialyse à l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille a été élu hier Président du Conseil National de l'. Il succède à Didier Borniche, qui assurait cette fonction depuis 2011. Dans un communiqué envoyé à la presse et en attendant un entretien à paraître très prochainement  sur ActuSoins, il exprime ses intentions. 

"Je veillerai à la protection de nos conditions d'exercice, de la qualité et de la sécurité des soins que nous prodiguons. J'oeuvrerai à une meilleure représentation de notre profession dans les instances de décision nationales et internationales, ainsi qu'à une meilleure reconnaissance de nos compétences, notamment à travers la mise en place de la pratique infirmière avancée et d'une véritable filière universitaire en sciences infirmières. Si ces évolutions sont nécessaires, il est tout autant indispensable de s'inscrire dans une véritable approche partenariale avec les pouvoirs publics et les autres acteurs du système de soins afin de répondre ensemble aux enjeux de santé publique que nous devons relever", explique Patrick Chamboredon. 

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

88 réponses pour “Un nouveau président pour l’Ordre des infirmiers”

  1. il va servir a quoi?
    comme l’ordre d’ailleurs

  2. Monika Tlc dit :

    “j’œuvrerai à une meilleure représentation de notre profession dans les instances de décision nationales et internationales, ainsi qu’à une meilleure reconnaissance de nos compétences” je viens de payer ma cotisation et c’est ça que j’attends de vous Monsieur

  3. eusebe dit :

    L’ordre des infirmiers fonctionne selon un système pyramidal : au printemps dernier, 22400 votants (3,5 % des infirmiers exerçant en France) ont élu les conseillers départementaux ; après, ils ont fait leur tambouille entre eux…
    Il faut savoir que beaucoup cumulent les postes à tous les étages, et en voici des exemples :
    – le chef nouvellement désigné est conseiller titulaire à l’échelon départemental (13), président de l’échelon régional et donc président du national.
    – Un des vice-présidents est aussi président du conseil départemental (13 aussi) et titulaire à l’échelon régional.
    Il faut aussi savoir que sans les gouvernements successifs et surtout le Conseil d’État, ça fait longtemps qu’on ne parlerait plus de cet ordre qui essaie de passer en force (coup réussi avec le code déontologique mais raté, pour l’instant avec l’inscription automatique censurée dernièrement par le HCPP) et qui a été ridiculisé avec le décret sur l’exercice partiel et dont le futur avis ne sera que consultatif (en fait tout le monde s’en fiche).
    Et que dire du harcèlement au paiement de la taxe ordinale ?
    Chacun devrait être libre de choisir ou non d’adhérer à cela, ce qui n’est pas le cas, car la loi du 21 décembre 2006 a créé l’obligation sur la base du gros mensonge qui stipulait que 92 % des infirmiers voulaient un ordre : ils n’ont pas fini de pleurer…

  4. Paul Boyer dit :

    ils ont mis un nouveau cochon aux râteliers ?

  5. Seve Rine dit :

    Racketter nous à une autre période!! Mi décembre ce n’ est vraiment pas malin…

  6. Ah que non on en veut pas … et même certain.e.s n’en veulent plus !

  7. J’aimerais connaître son parcours professionnel à ce cher président

  8. Encore un qui a décidé de ne plus travailler dans les services et de vivre aux crochets de ses paires qqun peut me rappeler ce qu’ils ont fait d’utile pour la profession ? Allez je suis sympa vous pouvez remonter plusieurs années en arrière….

  9. Homme ou femme quelle importance ! Qu’il arrive à nous représenter et nous défendre, c’est le principal !

  10. Inutile qui pour survivre ils mettent la pression pour le rendre obligatoire et usent de pressions et de menaces pour ceux qui ne veulent plus y adhérer sans compter que c’est piloté et à été mis en place par une os proche des gouvernements récents qui n’a qu’une vision corporatiste de la situation et contre productif pour l’intérêt des salariés du privé comme du public

  11. Encore un bel échantillon de l’obéissance stupide et aveugle consacré aux technocrates en dépit de notre profession

  12. Lasof Noris dit :

    Lettres de menace de recouvrement par huissier … Non mis a jour de mon dossier … De bonne base pour nos représentants professionnels que je n ai pas choisi …

  13. Renjo Wana dit :

    Mais.qui.élit ces.présidents??? Eux même??? Je n.ai pas été consultée, et vous?????

  14. Qq soient les qualités et compétences de ce nouveau Président on aurait pu attendre que ce soit une femme qui soit élue.

    • Ben fait chef, t’as l’air d’avoir le profil

    • Gui Yaume dit :

      Pas d’un “truc” aussi inutile et contesté autant que contestable.

    • Contestable ? J’attends vos arguments avec impatience !

    • Critiquer sans cesse, c’est un peut facile …. laissez une chance aux nouveaux élus!

    • Gui Yaume dit :

      Je ne conteste pas le côté voeux pieux de l’idée d’un ordre ide. Le résultat depuis qu’il existe est tout autre. Légitimité aussi forte qu’aux meilleures élections nationales de ces derniers temps, actions pour le plus grand nombre des ide, pas de problème financier ni de côté élite dorée… Un côté exemplaire qui parle à tous pour le bien de tous…

    • “voeux pieux” : Euh… C’est plutôt de ne pas en avoir qui relève de l’ancien temps, vous savez celui où les IDE n’existaient pas mais étaient des religieuses. Cela va dans le sens du progrès que d’avoir un ordre pour défendre la déontologie et l’existence de notre métier ainsi que de son avenir.

      Pour le reste de votre argumentaire je n’ai absolument pas compris le parallèle entre les élections nationales qui relèvent du devoir citoyen pour une fonction d’Etat à celui de l’élection d’un ordre qui incombe à chaque IDE pour permettre à sa profession une reconnaissance mais également, et surtout, d’être protégé et défendu. Protégé : car l’ordre (une fois que l’on arrêtera de débattre de sa légitimité) pourra révoquer l’inscription d’un IDE ne respectant pas les pratiques ou étant dangereux pour les patients (vous savez : ce que fait également l’ordre des médecins) au même titre que l’ARS peut le faire.
      Défendu : car devant les institutions si une/un IDE se retrouve mis en cause dans une affaire dont il/elle réfute sa “culpabilité”, l’ordre infirmier sert à faire valoir la loi mais également à défendre notre corps de métier (d’où l’extrême importance de l’existence du code de déontologie infirmier, permettre d’être protégé face à des dépassements de fonctions demandés donc on refuse l’exécution etc.).

      Outre l’incohérence de votre parrallèle entre une soi-disant élite dorée intégrant l’ordre infirmier : un rappel doit être fait avant la propagation d’un tel hoax : les membres composant l’ONI sont… des IDE ! élus par leur pairs. Les IDE proposent leur candidature pour intégrer les conseil régionaux de l’Ordre, et il y a un minimum d’expérience à justifier (4 ans en tant qu’IDE si mes souvenirs sont exacts). Ce ne sont donc pas de pseudo politicien en manque de reconnaissance comme vous le laissez entendre.

      D’autres arguments à proposer ? :p

  15. Infirmier en hémodialyse? Mais que faisait Didier Borniche? Infirmier en hémodialyse… ah ok!! Comment se fait la succession? Par vote ou copinage?

  16. Alice Jugnet dit :

    Encore un homme.. Digne représentant d’une profession à ….% féminine .

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
303 rq / 1,781 sec