La réalité soignante en chanson

Son clip "les Blues Blanches" a été vu plus de 1 million de fois depuis sa mise en ligne le 4 Août dernier. Une vraie réussite pour Maxime Dro, infirmier, compositeur et interprète, qui souhaite montrer au grand public les difficultés rencontrées au quotidien par les soignants. Entretien. 

Maxime Dro Infirmier

Maxime Dro. © DR

Avec 1 million de vue sur Facebook et Youtube, votre clip rencontre un vrai succès. Vous attendiez-vous à un tel engouement ? 

Pas de tout, j'ai d'abord été plutôt surpris car mes autres clips n'avaient que 2000 ou 3000 vues. Mais après réflexion, je me rends compte que ce clip touche énormément de personnes car il est très humain et reflète la réalité du terrain, sans violence et avec humilité.  Du coup, avec les partages sur les réseaux sociaux, l'engouement a pris de l'ampleur. C'est exponentiel! 

Quel message souhaiteriez-vous transmettre aux personnes qui vous découvrent ? 

Les soignants sont des humains comme les autres, ils ont des émotions et des sentiments. Parfois, par professionnalisme, ils cachent cela. C'est assez compliqué et il ne faut pas l'oublier. C'est le message que j'ai d'ailleurs voulu véhiculer dans mon refrain : " La blouse blanche que j'ai sur moi ne me rend pas plus fort que toi". 

Pensez-vous que le buzz médiatique de votre clip peut contribuer à faire évoluer les conditions de travail des infirmiers ? 

J'en serais ravi en tout cas. Si le buzz prend encore de l'ampleur, je pense que la chanson pourrait atteindre et toucher davantage de monde. Peut-être qu'une chanson peut faire bouger les choses. Il y a surtout dans le clip des images et des regards soignants assez explicites. Si je peux aider ainsi un peu le monde hospitalier, ce serait une bonne chose. 

Quels sont vos projets à présent ? 

Pour l'instant, je continue mon métier d'infirmier (voir encadré), qui me plait. Je continue parallèlement à composer des chansons, selon mes inspirations. Toutes ne tournent pas autour du monde soignant! 

Propos recueillis par M.S

Infirmier depuis 12 ans, Maxime Dro travaille aux urgences d'Eaubonne (Val d'Oise). "La psychiatrie et les urgences, c'est ce que je préfère", confie-t-il. D'ailleurs, depuis qu'il s'est posé dans son service,  jamais il ne regrette son choix. C'était il y a six ans. "C'est un métier difficile mais très humain. J'aime le côté éclectique des urgences". Quand il rentre le soir, Maxime prend sa guitare et chante. C'est dans sa nature. Il y a quelques temps , il a d'ailleurs mis de côté sa carrière pour suivre pendant un an, un cursus musical dans une école de jazz. Mais a vite renfilé la blouse. Il continue son chemin ainsi, menant un double parcours d'interprète et d'infirmier et reste ouvert à toute proposition artistique.

Pour suivre Maxime sur sa chaine YouTube et découvrir ses clips, c'est ICI.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

18 réponses pour “La réalité soignante en chanson”

  1. La vraie vie des infirmiers
    Et leur manque de reconnaissance
    Merci pour d’avoir mis nos souffrances en musique
    ide en rea qui est partie en libéral……
    j’ai abandonné le navire avant qu’il coule avec « ses petites fourmis « sans lesquelles il ne peu se faire du fric
    20ans de chu ce n’est plus ce que c’était
    Courage et d’autres chansons

  2. Cela reflète bien la réalité !pas mal!

  3. Il a oublié les Infirmiers libéraux !!! Et Il n’y a pas que les urgences à l’hôpital !!

  4. Il a raison.. pour ma part ras le bol d etre un pion , je change de voie sans regrets…

  5. il a raison vous en avez encore vs de l’espoir??? avec les moyens qu’on ns restreint ts les jours un salaire de misére faut vraiment aimer son boulot et quand on est ds le privé et qu’on voit le proprio s’empocher un max de fric et rogner sur tt supprimer la moitié du personnel et meme sur la nourriture des patients oui il ya de quoi etre degouté ! et prtt on les aime nos patients !!!!

  6. Pas d’accord ! Trop pessimiste ! Notre travail est dur mais pas une lueur d’ espoir dans son clip

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
382 rq / 2,542 sec