Avortement lié à une erreur d’administration d’une étudiante sage-femme : l’infirmière est-elle responsable?

Qui est responsable de l'administration par erreur d'un traitement abortif à une femme enceinte de 4 mois qui, en 2011, se rendait dans une clinique du Nord de la France pour un cerclage utérin? La stagiaire sage-femme en première année qui a administré le traitement? L' du service? Et / Ou l'hôpital ? 

Avortement lié à une erreur d'administration d'une étudiante sage-femme : l'infirmière est-elle responsable ?L'histoire date de 2011. Elle est jugée en ce moment au pénal par le de Lille.

Le contexte

En 2011, Zahra E, enceinte de 4 mois, se rend à la clinique Saint-Vincent-de-Paul de Lille (Hauts de France) pour subir un cerclage utérin, une intervention visant à prévenir un accouchement prématuré. Dans la chambre voisine, se trouve une autre patiente qui doit subir, elle, un avortement thérapeutique. 

Le médicament abortif  qu'elle doit recevoir - du cytotex- est administré par erreur à Zahra. La patiente perd son foetus. L'étudiante sage-femme en première année, a confondu l'identité des deux femmes. 

A l'époque, le groupement des hôpitaux privés (GHICL) dont dépend Saint-Vincent-de-Paul reconnaît son erreur lors d'une conférence de presse. Depuis, l'établissement hospitalier a été condamné à verser 27 000 euros à la victime lors d'un procès civil. 

Poursuivis au pénal pour blessure involontaire, les responsabilités de la direction de l'établissement, de la stagiaire sage-femme et de l'infirmière seront examinées.

Rédaction ActuSoins (avec La Voix du Nord, Pourquoi Docteur et 20 minutes)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

36 réponses pour “Avortement lié à une erreur d’administration d’une étudiante sage-femme : l’infirmière est-elle responsable?”

  1. Paul Boyer dit :

    L’identito-vigilance ne devrait incomber qu’à la personne qui ne prend pas la peine de s’assurer à qui elle donne un traitement. l’IDE ne peut pas être partout sinon on interdit aux élèves de faire quoi que ce soit

  2. toute mes condoléance pour cette maman et sa famille.

  3. Déjà juste quelle erreur et horreur de mettre dans la même chambre une femme enceinte et une voulant avorter, ethiquement et déontologiquement çe n’est vraiment pas bien !

  4. Lilly Roux dit :

    Revoir l’encadrement des IVG déjà avant d’incriminer qui que ce soit pourrait éviter les erreurs d’identitovigilances: comment peut mélanger l’obstétrique à la gynécologie? la grossesse et l’avortement ?? Il me semble que les étudiants sage femme sont encadrés par les sages femmes elles mêmes non pas par les IDE ?

    • Sylvie Thé dit :

      Les étudiantes sage femme ont un stage infirmier en début de cursus, encadré par les infirmières. Déjà expliqué plus haut.
      Peut importe qui encadre qui, l’important est d’expliquer les soins et à l’étudiant d’être encadré comme il faut.

    • Lilly Roux dit :

      Mais de toute manière le pb vient de plus haut, en plus de la responsabilité de l’IDE ya réellement un soucis d’encadrement des patientes pour qu’il y ait une telle méprise..
      Et franchement pour avoir vécu une situation similaire en tant que patiente il est clair qu’il faut aussi revoir la prise en charge de ces femmes en attente d’ivg.

  5. C est ce qui m interpelle aussi … comment une ide peut se retrouver à encadrer une étudiante sage femme …. les 3 sont fautifs : l hôpital d avoir laisse une infirmiere encadré une étudiante sage femme , l étudiante de s être trompé dans l identité de la patiente et l ide de ne pas avoir vérifié avant Avec l étudiante ….

  6. N y avait il pas de sage femme titulaire pour encadrer cette étudiante ?
    J ignorais qu’il appartenait à une ide d encadrer les esf
    Lors des stages esi en gyneco j ai déjà vu les sf refuser d encadrer les esi au motif que ce n est pas la même profession

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
212 rq / 1,529 sec