Derrière les murs de l’urgence

Loin du tumulte des grands services hospitaliers, les de la polyclinique Bordeaux Nord accueillent 130 patients chaque jour. Cette unité de soins est confrontée aux mêmes problématiques que les plus grands et étouffe sous le poids des admissions.
Entre détente et coup de pression, la vie du personnel soignant est un « grand huit » rempli d’espoirs et d’inquiétudes.

les urgences de la polyclinique Bordeaux Nord

Il est 6h et la nuit est encore présente à la porte des urgences. Tout est calme ce matin. Quelques habitués viennent se faire dialyser, les patients se réveillent et les équipes de jour prennent les informations sur ceux restés la nuit.

 

Ici, entre 90 et 150 personnes sont admises chaque jour. Des patients douloureux, inquiets, en détresse, qui s’énervent parfois contre l’attente et le sentiment d’être oubliés par les équipes, avant de ressortir soignés, apaisés et réconfortés.

Douleurs thoraciques, malaises ou simple bobos du quotidien, les équipes soignantes se relaient jour et nuit et doivent jongler entre tous les types de population. Environ 90 % des admissions concernent des patients ne nécessitant pas une prise en charge en urgence. Enfants, personnes âgés, touristes ou encore sans-abris, chaque admission est cependant traitée avec le même égard et la même patience.

La polyclinique étant située entre deux quartiers sensibles de la métropole bordelaise, les équipes sont également confrontées à des populations violentes, victimes de rixes ou d’affrontement à coups de barre de fer ou de couteau.

Entre santé et social, leur passion sauve.

Textes et photos : Constant Formé-Bècherat/Hans Lucas
Reportage paru dans ActuSoins magazine

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

7 réponses pour “Derrière les murs de l’urgence”

  1. Sophie Petit dit :

    pour certains c’est peu mais il faut contextualiser les moyens humains, matériels de ces urgences et la place. C’est comme si on comparer 20 personnes dans un immeuble de 3 étages et 20 personnes dans une caravane

  2. entre détente et coup de pression … c’est vrai qu’ils ne doivent pas s occupé de ceux arriver en 1er .. en attendant les autres ….. Un petit tour au jaccuzi cacher en salle de pause … quand ils ont le temps d’y aller !!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
212 rq / 1,850 sec