Service civique à l’AP-HP : des jeunes pour aider les familles

L' (Assistance Publique- de Paris) a accueilli 283 volontaires en service civique depuis 2014. Des jeunes missionnés pour l'accueil, l'accompagnement et l'aide des patients et des familles. 

Service civique à l'AP-HP : des jeunes pour aider les familles

© AP-HP/ F.Marin

"Le bilan, pour 2015 qui vient d'être réalisé s'avère très positif, à la fois en termes d'engagement et d'insertion des jeunes mobilisés sur des missions d'intérêt général dans les domaines sanitaire et social" explique l'AP-HP.

Aujourd'hui, l'institution propose 11 types de missions agréées qui interviennent en complément de l'action des salariés, des stagiaires et des bénévoles, "sans s'y substituer" précise l'institution.

Les missions qui concernent principalement l'accueil, l'accompagnement et l'aide aux démarches auprès des patients et des familles ont été déployées notamment dans les services d'accueil d'urgence, d'hospitalisation en pédiatrie, de gériatrie, d'hospitalisation de médecine, chirurgie et obstétrique.

"Des volontaires ont également participé à des enquêtes de terrain afin de recueillir l'avis des usagers et des différents publics concernés par l'hôpital en vue d'amélioerr globalement la prise en charge du patient" précise l'AP-HP.

En 2015, 200 jeunes ont ainsi été accueillis dans les différents Centres Hospitaliers de l'AP-HP.

« A l’origine, je suis une personne renfermée. Au cours de ma mission, j’ai fait beaucoup de rencontres très enrichissantes. Les professionnels de l’accueil sont des gens incroyables et drôles, je ne pouvais pas tomber sur une meilleure équipe.  Le travail en binôme a aussi facilité mon intégration. Et puis on a nos petits habitués dans les patients avec lesquels on peut parler, rire. J’accompagne souvent des personnes âgées, très gentilles et accueillantes, qui ont du mal à marcher. J’ai revu bon nombre de mes a priori à leurs contacts », témoigne Christelle, jeune volontaire en Service Civique effectuant une mission à l’accueil de l’hôpital Lariboisière, AP-HP.

Les salariés impliqués, les conditions d'accueil améliorées

"Plus de 80 agents se sont portés volontaires et engagés comme tuteurs afin d'accompagner ces jeunes en service civique dans leurs missions au quotidien ou dans l'élaboration de leur projet d'avenir".

"D'après les premiers retours d'expérience des services hospitaliers accueillant des volontaires en Service Civique, les missions proposées participent effectivement à l'amélioration des conditions d'accueil et de vie des patients et de leurs proches" ajoute l'AP-HP.

Les hôpitaux font aussi part d'un retour positif des usagers percevant l'intervention des volontaires comme une aide réelle pour s'orienter et se déplacer au sein des hôpitaux, notamment pour les patients en fauteuil roulant, malvoyants ou affaiblis.

"Leur présence favorise un accompagnement individualisé jugé plus humain par les patients. Le personnels des hôpitaux a également fait part d'une baisse des tensions, des problèmes d'agressivité et de violences au sein des services" explique l'AP-HP.

Une formation civique et citoyenne

En lien avec le SAMU 75 et l'association Les Transmetteurs, l'AP-HP a également mis en place sa propre formation civique et citoyenne (FCC) dispensée aux volontaires lors de deux sessions en 2015.

Plusieurs intervenants, internes et externes à l'institution, y abordent les notions d'engagement, de vivre ensemble, de droits et de devoirs, de solidarité et de gestion des conflits.

« J’ai rencontré des personnes qui avaient vraiment envie d’aider les jeunes. Ma formation civique organisée à mon arrivée par l’AP-HP m’a été également très bénéfique car elle nous a permis de nous recentrer sur les bonnes valeurs », témoigne Elisa, jeune volontaire en Service Civique au service d’accueil des urgences de l’hôpital Saint-Antoine, AP-HP.

Selon l'AP-HP et d'après des "retours d'expérience des volontaires et des équipes", le service civique déployé dans l'institution, a permis " d'éveiller ou de renforcer des vocations dans le domaine du social et du sanitaire, mais aussi d'accompagner les volontaires dans la réalisation de leur projet en les orientant vers les bons interlocuteurs ou centres de formation et en les préparant aux concours d'entrée des écoles des métiers du soin et du social".

A l'issu de leur mission, certains volontaires ont ainsi pu décrocher un contrat à durée déterminée (CDD), reprendre une formation ou valider des unités manquantes pour l'obtention d'un diplôme.

Pour 2016, le déploiement du Service Civique au sein de l'AP-HP se poursuit avec une montée en charge quantitative - 400 volontaires prévus d'ici la fin de l'année - et une répartition de nouveaux volontaires dans un plus grand nombre de services, notamment dans les services d'hospitalisation (accueil, accompagnement, aide et activité occupationnelle au lit des patients...)

Rédaction ActuSoins

Le Service Civique est un engagement volontaire ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme.

Le Service Civique, est indemnisé 573 euros net par mois. Il peut être effectué auprès d’associations, de collectivités territoriales (mairies, départements ou régions) ou d’établissements publics (musées, collèges, lycées…), sur une période de 6 à 12 mois en France ou à l'étranger, pour une mission d'au moins 24h par semaine.

Il peut être effectué dans 9 grands domaines: culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d'urgence en cas de crise, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité, sport.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “Service civique à l’AP-HP : des jeunes pour aider les familles”

  1. J’ai fait ça un TUC: de l’aide scolaire en français et allemand dans un collège, 20h par semaine payées 1200 francs à l’époque, ça m’a permis de préparer mon concours pour l’IFSI et de réussir mais je m’aperçois que ça n’a rien rien validé pour ma retraite, ça on nous l’avait pas dit, j’ai fait 10 mois, une année scolaire.

  2. Maximousse1989 dit :

    Et en français ça donne quoi?

  3. de la honte en 1989 on nous appellait des tuc en 2000 c’etait des ces tout ca c de la fumesteries petits emplois payeé pas cher

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
224 rq / 1,588 sec