Les puéricultrices réclament une refonte de leur programme de formation

L’ (Association Nationale des diplômées et des étudiants) et le CEEPAME (Comité d'Entente des écoles préparant aux métiers de l'enfance) ont été reçus hier par le cabinet de Laurence Rossignol, ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes. Une occasion pour les de réitérer une demande de réingénierie de la formation et de parler de leurs conditions d'études et d'exercice. 

Les infirmières puéricultrices réclament une refonte de leur programme de formation

© Natacha Soury

"L'entretien a été très riche et promet une attention particulière de ce ministère envers notre profession" rapporte l'ANPDE sur son site.

Les échanges avec la ministre se sont déroulés autour de différents thèmes. Les puéricultrices ont notamment abordé la question de la réingenierie de leur diplôme d'Etat. Alors que des travaux avaient été commencés dès 2008 en ce sens et à la demande de la profession, seuls de nouveaux réferentiels d'activités et de compétences avaient été validés en 2009.

Un programme obsolète qui date de plus de 30 ans

Dans une lettre ouverte au premier ministre Manuel Valls, l'ANPDE avait déjà fait part le mois dernier de ses attentes. "Le référentiel de formation initié à la suite - des référentiels d'activités et de compétences, ndlr - , avec le contribution de la Conférence des Présidents d'Université reste inabouti : aucune réunion de réingénierie n'a eu lieu sous le mandat de ce gouvernement" expliquait l'ANPDE dans sa lettre.

Car le programme de formation des puéricultrices date de 1983 et serait totalement décalé par rapport aux avancées de la santé, comme  les spécificités des populations prises en charge actuellement et les nouvelles missions confiées aux puéricultrices (suivi des assistants maternels et des structures d'accueil de jeunes enfants, prévention, maladie chronique, éducation thérapeutique, nouvelles technologies, analyse des pratiques professionnelles).

Inégalités de prise en charge pour les étudiants de la spécialité

Parmi les autres thèmes abordés avec Laurence Rossignol lors de l'entretien, celui des inégalités sociales pour les étudiants de la spécialité. Il y aurait, selon l'ANPDE, une diminution du nombre de prises en charge financière par les établissements employeurs et une augmentation considérable des coûts de formation. Dans certains instituts, celle-ci peut s'élever à 10 000 euros l'année, alors que d'autres demandent 250 euros.

Rédaction ActuSoins

A lire sur ActuSoins : Infirmières puéricultrices : "nous en avons assez d'être trop gentilles !"

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

23 réponses pour “Les puéricultrices réclament une refonte de leur programme de formation”

  1. Mais c’est clair il faudrait bien réétudier et remettre à niveau et bien prendre en considération cette belle profession

  2. On n’imagine pas l’énergie qu’il faut pour les formateurs au demeurant aussi infirmières puéricultrices pour mettre en oeuvre cette formation de hautes compétences . On sait bien que la créativité, l’adaptation, au contexte dans tous les sens du terme sont la preuve que les Infirmières – Puéricultrices doivent exister et être présentes dans le paysage de santé du territoire pour mettre en avant la collaboration et l’interdisciplinarité entre professionnels tant ici qu’en Europe et sur l’ International.

    • Bonjour Florence, se sera un grand plaisir pour moi de vous avoir comme ami sur Facebook. Si aujourd’hui mon message de correspondance vous est adressé, c’est en fouillant sur la page que j’ai retrouvé votre commentaire qui m’a beaucoup fais rigolé alors je n’ai pas hésité a répondre et c’est aussi parce que j’ai voulu avoir plus de relation pour les échanges d’idée, de propos, pour discuter, dialoguer . Alors si vous ne voyez aucun dérangement en cela, veuillez m’envoyer une invitation.

  3. Vin Ciane dit :

    Apolline Fuhrman that’s for youuuu !

  4. Ils pourraient faire pareil avec la formation infirmière qui est une catastrophe

  5. Del Ph dit :

    Pourquoi ? On ne remets pas les programmes à jour au fur et à mesure ? Et les profs dans les écoles regardent “les dents de la mer”?

  6. Serait ? Pourquoi ce conditionnel ? C’est evident que 30 ans c’est beaucoup trop pour n’importe quel programme !!!

  7. Ooooooh comme le boulot me manque quand je vois cette photo

  8. c’est surtout le système de santé français qui est en retard sur le monde!

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
228 rq / 2,175 sec