[TRIBUNE] Lettre d’une infirmière libérale à ses enfants

Souvent, vous me demandez " Tu travailles demain maman? " la réponse, selon ce qu'elle comporte est suivie de cris de joie ou de soupirs de déception. Mon planning étant tellement aléatoire, c'est tous les jours un peu la surprise pour vous.

Lettre infirmière libérale à ses enfantsDans quelques années, vous pourrez déchiffrer ce papier accroché au frigo et comprendre par vous même si je serais ou non présente le lendemain. Pour l'instant tout se passe au jour le jour, comme beaucoup de choses encore à votre âge.
Oui, maman travaille. Certaines ont fait le choix de rester à la maison, tous les jours. Moi non, j'ai choisi de garder une activité et vous ai confié à une nourrice tous les deux et puis maintenant que vous êtes assez grands pour aller à l'école, c'est la garderie qui prends le relais.

Le matin, vous ne m'entendez pas quitter la maison, il est très tôt, en général vous êtes encore profondément endormis. Je viens pourtant à chaque fois doucement vous déposer un petit bisou sur le front avant de partir. J'emmagasine le plein de votre odeur, une douce sensation qui m'est aussi importante que la tasse de café qui réveille mes neurones pour pouvoir démarrer la journée. Plus tard dans la matinée, j'appelle papa, c'est comme un rituel, j'ai besoin de savoir que tout va bien et puis aussi vous commencez à me manquer...
Je passe souvent devant l'école pendant ma tournée et vers seize heures trente mon cœur se serre quand je vois les autres parents sortir, tenant leurs enfants par la main. Il me faudra attendre un peu, laisser quelques heures passer pour pouvoir enfin vous retrouver le soir venu.

Oui, je voudrais être là tout le temps avec vous et le manque est criant, trop souvent, quand les journées s'enchaînent, quand je vous sais malade, les jours de fêtes, Noël...
Mais je dois vous avouer mes petits chats que j'ai aussi besoin de ce métier, besoin d'exercer, de prendre soin des personnes que l'on me confie et qui se confient à moi. C'est certainement encore difficile pour vous de comprendre mais il m'aide à trouver du sens, de l'équilibre et quelque part à apprécier encore plus les moments que je passe avec vous. Je souhaite d'ailleurs de tout mon cœur que le jour où vous aurez à votre tour à choisir puis exercer un métier, ce sera également par passion. Vous vous rappellerez sûrement de ces moments où j'ai été absente et vous comprendrez.
Parce-qu'on peut aimer ses enfants inconditionnellement, de toute son âme même si l'on travaille, beaucoup, par choix.
Et mes petits chats je voudrais vous dire ce soir que... demain je ne travaille pas !

Ce billet a été publié le 22 avril 2015. ActuSoins remercie Anne pour ce partage. D'autres articles - des tranches de vie, des réflexions,...- à lire (presque tous les jours) sur son blog une infirmière à la maison.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

52 réponses pour “[TRIBUNE] Lettre d’une infirmière libérale à ses enfants”

  1. Patrick Prou dit :

    Il est difficile de trouver une nourrice qui accepte de prendre les enfants les dimanches , jours fériés et qui s’adapte à nos horaires (matin , soir …). Merci Magali et Pascal .

  2. On a pas choisi le métier idéal question horaire quand on a des enfants, mais on a la chance de faire un métier qu’on aime et c’est déjà une chance de nos jours. Personnellement j’ai 6 enfants, j’ai travaillé 10 ans à l’hôpital de nuit et j’apprécie le rythme que j’ai depuis que je suis liberale mais c’est vrai que ça demande une organisation quasi militaire les jours où je bosse !

  3. une petite dame de 99 ans m’a dit qd mon garçon avait 2 mois “c’est une honte de travailler autant et de laisser son bébé en nourrice” je lui ai gentiment répondu que c’était pour lui et pour moi aussi…

  4. C est exactement ça ! Tout ce que je ressens en condensé très bien écrit

  5. Tara Javra dit :

    Elle a de la chance d être encore passionné par son travail…

  6. Faut arrêté de culpabiliser les mères dans tout les sens! On a l’impression de revenir aux années 1950. Vous savez les papas qui s’occupent de leurs enfant ca existe! Un pere c’est pas juste un homme qui boit une biére devant TF1 en regardant sa femme faire à manger!!

  7. Chacun fait ce qu’il veut. Mais on n’a qu’une vie. ..

  8. Les enfants s’adaptent. Ils ont peut être une vie plus agréable car plus de moyens. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre

  9. Delphine DM dit :

    C’est hallucinant de voir comme pour le moindre témoignage, certains ne peuvent s’empêcher de tenter de lancer des polémiques ou d’avoir des commentaires à la limite de l’agressivité. Ces personnes qui bien sur font toujours mieux que les autres (dans le même accabit que celle qui te dit que elle, a travaillé jusqu’au bout de sa grossesse (limite elle a accouché sur son lieu de travail ou celui qui te dit que lui, n’a jamais pris 1 jour d’arrêt en 30 ans… Ca me dépasse!
    Pour ma part, je pense que n’importe quel parent bossant avec des horraires a la con peut se reconnaitre dans les propos de cette lettre. Pour ma part c’est 100% le cas meme si aujourd’hui, mon fils est assez grand pour que je puisse lui expliquer pourquoi je ne suis pas toujours là et qu’il comprenne (ce qui n’etait pas le cas il y a quelques années et qu’il m’a, au passage bien fait payer!)

  10. Aurore Gdr dit :

    Ma mère est infirmière, je suis infirmière et j’ai pas fait 10ans de psychothérapie pour m’en remettre ! Par contre j’ai vite appris l’autonomie !

  11. Patrick Prou dit :

    Si vous travaillez seule , autrement vous avez 1 week end sur 2 et vous pouvez alterner les fériés et les congés ….. Bon mais continuez tout va bien…..

  12. Patrick Prou dit :

    Plus de 620 000 infirmiers /ères en France . Au lieu de pleurnicher mobilisez vous pour obtenir des revalorisations de salaire, seules reconnaissances acceptables .

  13. Tellement vrai!!!!
    On aurait toute pu écrire la même chose!!!
    Merci

  14. Tellement vrai! Courage à tous les collègues infirmiers!

  15. Patrick Prou dit :

    J’étais infirmier hospitalier , mon épouse est IDEL , c’est un choix , on connaît les inconvénients au départ ….. Les enfants comprennent très bien . Les chômeurs sont avec leurs enfants et ce n’est pas un choix . Les gens ne sont jamais satisfaits.

  16. Nanie Garcia dit :

    Leila Leïla Garcia anais Anaïs Lenfant vous vivez ca depuis tellement d années. ..

  17. Lettre très touchante mais situation tellement vrai pour toutes les mamans qui travaillent infirmières ou autres

  18. et pour les autres infirmières qui ont des horaires de fou

  19. C est vrai pour toutes les mamans qui travaillent !

  20. pour les enfants c’est très très dur a accepté sa ce comprend il a besoin de sa maman.ce témoignage est très beau et plu tard quand c’est enfant prenant le temps de lire ce témoignage il comprendras pourquoi maman n’étais pas la ce soir.

  21. Naima Terrah dit :

    Bérengère Abadie Steph Anie Amandine Court Nadege Renavent

  22. Super témoignage
    Tellement vrai réaliste et le cas pour chaque maman infirmiere libérale

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
243 rq / 2,936 sec