Bordeaux : un infirmier poursuivi pour maltraitance

L'hôpital psychiatrique Charles Perrens (Bordeaux) a déposé plainte contre l'un de ses infirmiers. Celui-ci aurait fait subir à un patient des sévices physiques à l'aide d'une pince à viennoiserie. 

Bordeaux : un infirmier poursuivi pour maltraitanceC'est le quotidien Sud-Ouest qui a révélé l'affaire. Un de 46 ans, travaillant à l'hôpital psychiatrique Charles Perrens à Bordeaux, aurait fait subir depuis juillet 2013, des sévices physiques à un patient à l'aide d'une pince. Les marques laissées sur le bras du patient par les dents de cette pince après le passage de l' avaient alerté une autre infirmière qui avait prévenu sa hiérarchie.

Interrogé par les policiers de la Brigade de Sûreté Urbaine de Bordeaux, l'infirmier de 46 ans aurait admis les faits et simplement expliqué qu'il "n'aimait pas son patient" relate le quotidien Sud-Ouest.

Il aurait également tenu des propos "humiliants et à connotation raciste" envers le patient trentenaire.

L'infirmier a été déféré en fin de semaine dernière au parquet de Bordeaux. Il est par ailleurs pour l'instant suspendu de ses fonctions.

Rédaction ActuSoins (avec Sud-Ouest)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

21 réponses pour “Bordeaux : un infirmier poursuivi pour maltraitance”

  1. Rachel Mrn dit :

    C est Abusé, Honteux, pas normal d en arriver là.

  2. Mehdi Amir dit :

    ça en fera un de moins avec tous les tarés qui existent il aurait été mieux en tant que patient la dedans, je n’aime plus la psychiatrie donc je ne postule pas en psychiatrie c’est aussi simple que ca!

  3. Comment cet homme là a pu devenir infirmier???

  4. Et si NOUS PARLIONS DU BIEN que les SOIGNANTS ( en général ) PROCURENT !!!!

  5. Les gens sont devenus marteau . A mon époque 1972, pour rentrer à m école d’IDE il y avait des tests psycho et pour rentrer il fallait vraiment avoir la vocation

  6. Mais ce soignant pour en arriver là devait lui aussi avoir des pb comment est ce possible que dans des unités fermées telles que la psy personne n’ait rien vu rien remarqué au sujet du mal être de ce soignant

    • De nos jours malheureusement les personnes ne pensent qu’à eux Stéphanie, on retrouve pleins de personnes qui se retrouvent ide, as, amp sans vocation!! C désastreux! J ai été professionnelle de soin avec une véritable vocation…. Je ne suis plus professionnel de soin car j ai été choquer de pleins de choses! Et tes collègues à part avoir un jugement critique c est tout ce qui savent faire dans mon équipe c’était comme sa!!!!!! Après je sais pas par rapport à l’article on ne connaît ce messieurs mais je pense que certains de ses collègues auraient pu signer la sonnette d’alarme bien plus tôt!!!!!!!! Maintenant c un crime la maltraitance il avoué c dire…. Il sera radier!! Mais La problématique se posera toujours….

  7. Et tout ce que l’on ne sait pas et ne voit pas qd un soignant rentre et que les portes se ferment

    • Yvm Hog dit :

      Il ne faut pas généraliser
      Avez vous des preuves ?
      Vous pouvez être poursuivie

    • Chez nous toutes les portes sont vitrées donc on peut être vu à tout moment. Je suis d’accord avec yvm hog il ne faut pas généraliser

    • Personne ne généralise mesdames ce ne sont que des constatations

    • Hé bien si vous constatez mais ne faites rien c est non assistance à personne en danger ! Sinon diffamation

    • Maud Jeandot dit :

      diffamation c’est quand on vise quelqu’un de spécifique…là personne n’est visé…pouvoir parler des réalités de notre métier est un droit d’expression. “Article R. 4312-12″Les infirmiers ou infirmières doivent entretenir entre eux des rapports de bonne confraternité. Il leur est interdit de calomnier un autre professionnel de la santé, de médire de lui ou de se faire écho de propos susceptibles de lui nuire dans l’exercice de sa profession. Un infirmier ou une infirmière en conflit avec un confrère doit rechercher la conciliation.” loi du 29/07/2004. Je travaille en psychiatrie…et oui des fois on se pose des questions…nos patients sont fragiles, ont des propos qui interpellent…et on est tous humains… çà m’est arrivé de devoir sortir d’une chambre et laisser une patiente en crise…pour me calmer et attendre qu’un collègue prenne le relais. Comme j’ai senti un jour que la frontière pour rendre toutes les claques prises était mince pour ne pas répondre…Mais bon dans le cas cité à la base c’est de la maltraitance. C’est très grave. Et non il ne faut pas généraliser.

  8. Après 2015 place a 2016 et oui cela continue grrrrrrrrrrrrrr

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
236 rq / 1,334 sec