Greffe rénale : améliorer l’accès à la liste d’attente

3 000 greffes de rein sont réalisées chaque année, alors que la liste d'attente compte 12 000 personnes inscrites. Une des propositions des Etats Généraux du Rein était d'améliorer l'accès à la liste d'attente de greffe rénale. La Haute Autorité de Santé vient de rendre publiques des recommandations sur ce sujet. 

bloc_operatoire"L’enjeu de cette recommandation est de favoriser l’accès à la liste d’attente de rénale, étape préalable indispensable pour l’accès à la greffe, en limitant les risques de perte de chances pour le patient", explique la .

"Lorsqu’elle est possible, la greffe d'un rein offre une meilleure espérance de vie et une meilleure qualité de vie par rapport à la et est aussi plus efficiente. Elle reste toutefois limitée à cause du manque de greffons disponibles. 12 000 personnes sont actuellement inscrites sur la liste d’attente nationale de greffe rénale", souligne la HAS.

Si l’attribution d’un greffon relève d’un barème de points fixé par la réglementation, l’accès à la liste d'attente est laissé à l’appréciation des équipes médicales.

Or des inégalités d’accès à cette liste, variables selon les régions, existent aujourd'hui en France  et la HAS estime qu’au moins "1 800 personnes non inscrites pourraient y accéder".

Certains patients ont également un accès limité à la liste comme "des personnes de plus de 70 ans ou celles présentant des comorbidités particulières telles que le diabète ou l’obésité" ou les femmes sous-représentées sur la liste d’attente : une femme a en effet "30 % de chance en moins d’être inscrite" qu’un homme sur la liste "à âge, maladies associées et statut professionnel égaux".

Trop peu de patients (environ 15%) sont inscrits sur la liste d'attente de manière précoce, avant d'être dialysés, note encore la HAS.

Quelles solutions ?

Pour la HAS, il est nécessaire d'"augmenter les inscriptions anticipées sur la liste, c’est-à-dire avant la mise en place d’une dialyse, afin d’augmenter les chances d’obtenir une greffe mais aussi les chances de réussite de la greffe" et de "réduire les délais en mettant en place un système de suivi des patients et en optimisant chaque étape de l’accès à la liste".

Il s'agit aussi de "repérer les patients qui auraient pu être inscrits sur la liste mais qui n’ont pas été identifiés" comme les patients dialysés en urgence (30% des patients dialysés)" et de "s’assurer que le patient est un acteur dans le choix de son inscription sur la liste car près d’un sur deux exprime explicitement ne pas avoir eu le choix ou ne pas avoir eu connaissance des différentes alternatives".

Qui peut être inscrit sur la liste ?

Tout patient de moins de 85 ans, avec une maladie rénale chronique irréversible de stade 4 (susceptible d’évoluer vers le stade 5 dans les 12 mois) ou de stade 5, dialysé ou non, doit pouvoir accéder à la liste s’il ne présente pas de contre-indications à la greffe.

La HAS a identifié 10 contre-indications : le refus du patient, un âge supérieur à 85 ans, un cancer ou une hémopathie maligne non en rémission, des comorbidités cardio-vasculaires sévères, des comorbidités respiratoires sévères, des troubles psychiatriques aigus non stabilisés ou chroniques non suivis, une dépendance à l’alcool ou une addiction aux drogues dures sans projet de sevrage, une démence avérée évoluée, une obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 50 kg/m2, une décision de ne pas engager un traitement de suppléance.

Rédaction ActuSoins (source : communiqué HAS)

Pour en savoir plus : Transplantation rénale - Accès à la liste d’attente nationale

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “Greffe rénale : améliorer l’accès à la liste d’attente”

  1. A Grenoble on greffe tout le monde : schizophrène, personnes âgées >70 ans , patients obèses, diabétiques, toxicomanes, comorbidité, et même des gens qui ne dialysent pas… resultats: beaucoup de complications, mauvaise observance des traitements donc risque de rejet accru bref, en plus l’avis du psy n’est pas souvent pris en compte . C’est pas un jugement juste un constat

  2. Et eviter les rejets avec la mort lente au final c pour quand l amelioration???

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
212 rq / 1,548 sec