Bientôt un suivi médical renforcé pour les infirmières en douze heures ?

Le groupe de travail de la direction générale de l'offre de soins (DGOS) sur le travail en douze heures  publiera d'ici la fin de l'année un guide réglementaire ainsi que des préconisations sur le travail en 12 heures, a annoncé jeudi Michèle Lenoir-Salfati, sous-directrice RH du système de santé à la DGOS.

©stuartbur/Fotolia

©stuartbur/Fotolia

Cette dernière s'est exprimée lors de la session plénière des journées organisées par l'Association pour le développement des ressources humaines des établissements sanitaires et sociaux (Adrhess) et la Fédération hospitalière de France (FHF).

Rappelons que quatre syndicats de la fonction publique hospitalière avaient réclamé cet été un "moratoire" sur le travail en 12 heures.

Il n'est "pas question" de mettre en place un moratoire, a indiqué la représentante de la DGOS, qui indique que les six réunions du groupe de travail ont permis à ce groupe de travail de "passer en revue la littérature" pour analyser les conséquences de ce type d'organisation sur la sécurité et la santé du personnel, relate APM.

Un suivi médical renforcé pour les agents en douze heures

"Les travaux vont reprendre en octobre avec la réalisation d'un guide", a indiqué Michèle Lenoir-Salfati. Il fera le point sur la réglementation en vigueur et formulera une série de préconisations sur la mise en place du travail en 12 heures. La nécessité d'un suivi médical plus important des agents concernés sera l'une d'elles.

Concernant le sujet des 35 heures, qu'il n'est pas question de "remettre en cause", "aucun protocole d'accord n'est intangible; tout protocole d'accord a vocation a être rediscuté et tout bon protocole doit à ce titre comporter des clauses de revoyure", a-t-elle insisté. Ces clauses "ont pu manquer" dans les protocoles signés en 2002 dans les établissements de santé, ce qui a pu laisser penser qu'ils étaient "gravés", a-t-elle regretté.

Pas de remise en cause des 35 heures....mais

Or, "l'hôpital évolue" et "il est donc logique d'expertiser régulièrement les modes d'organisation" du travail et de s'interroger sur "leur adaptation aux activités", a-t-elle déclaré. Depuis 2002, de nombreux établissements ont renégocié leur protocole relatif à la réduction du temps de travail et ces démarches étaient "légitimes".

Toutefois, "en raison des contraintes particulières du milieu hospitalier", la question du temps de travail est "particulièrement sensible" et nécessite donc "un dialogue social approfondi" avec une "véritable association des professionnels".

Plus tôt dans la matinée, en ouverture des rencontres RH, le président de l'Adrhess, Jean-Marie Barbot, avait déclaré que "l'hôpital public traîne comme un boulet les conditions de mise en place des 35 heures" en 2002. L'hôpital "subit les conséquences" d'accords locaux qui ont parfois allié "générosité et démagogie", a-t-il dénoncé, selon APM.

Le président de l'Adrhess a estimé que ces accords locaux "doivent être réexaminés" sur des bases "plus réalistes" et plus compatibles avec les enjeux financiers actuels.

Par ailleurs, selon une enquête menée en juin dernier par l'Association pour le développement des ressources humaines des établissements sanitaires et sociaux (Adrhess) auprès de 151 directeurs des ressources humaines (DRH) hospitaliers, ceux-ci seraient 66% à plaider pour une fusion entre le comité technique d'établissement (CTE) et le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), indique Hospimedia.

Rédaction ActuSoins, avec APM et Hospimedia

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

37 réponses pour “Bientôt un suivi médical renforcé pour les infirmières en douze heures ?”

  1. Mouais tout dépend des services
    En chirurgie déjà 10h sa pique alors 2 h de plus non et non ..faut voir ce qu’ on fait ds les services
    Entre les urgences vital
    Les entrées ..les retours de bloc ..les préparations des patients a 5h du mat pr des patients qui partent a 7h
    Je pars parfois en rampant
    Alors non au 12h

  2. oui, ben je crois que je serai en retraite d’ici là 🙂

  3. MaRia Apala dit :

    Ce qui nous fatigue c est nos conditions de travail pas notre emploi du temps, encore une fois on s occupe de choses qui n’intéresse pas les soignants!!!!!!!!!!!!!!!!
    Il faut s occuper du sous effectif, du manque de médecins, de la délégation de tâches blablabla réveillez vous la haut!!!!

  4. Et sinon, faut arrêter de croire qu’il n’y a que les inf qui bossent et qui se tapent 12h de boulot.les AS aussi se tapent leurs heures !!!!!!! Mince.

  5. Et les aides soignantes en 12h on en parle ou pas ? Non parce que c’est pas moins fatiguant pour une aide soignante…

  6. c’est bien!parce-qur entre 10 et 12h de boulot,pour l’avoir vècu,je n’étais plus au top!!et le top ce jour il vaut mieux avoir un bonne assurance….

  7. En Pause dit :

    Les 12h c’est le top. Journées plus longues mais en compensation 3 a 4 jours de repos par semaine !!! Moins l’impression d’être toujours sur son lieu de travail.

  8. Mouhahah, y’a pas assez de médecin du travail donc …

  9. Marine Arti dit :

    Les 12 heures c’est juste PARFAIT ! Je suis moins fatiguée que de travailler 8h par jour (+/- heure supp) avec juste parfois un jour de repos dans la semaine !
    À 12h on a plus de temps pour souffler, profiter de nos familles (trop souvent lésées par notre “métier”) et reprendre des forces.

  10. Ben on est pas rendu , déjà qu en 10 H ça fait plus de 7 ans que pas vu la médecine préventive ( ca fait 16 ans que je suis de nuits dont 6 ans en 12h )

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
231 rq / 1,541 sec