La justice à nouveau au chevet de Vincent Lambert

Les parents de Vincent Lambert vont saisir la justice dans les jours prochains pour demander que leur fils, hospitalisé à Reims (Marne) en état végétatif depuis 2008, soit transféré dans autre établissement Parallèlement une demande de mise sous tutelle est en cours.

perf-300x200-250x167-250x167"Nous estimons qu'il y a un manquement grave aux soins dus à Vincent qui sont constitutifs de voie de fait et ses parents vont saisir dès cette semaine la juridiction compétente pour réclamer son transfert", a indiqué l'avocat des parents de Vincent Lambert, Me Jean Paillot.

Selon l'avocat, le patient victime de lésions cérébrales jugées irréversibles par les experts médicaux est privé depuis la fin 2012 de soins de kinésithérapie. "Ce défaut de soin constitue une faute médicale et il faut donc confier Vincent à un des six établissements qui se sont manifestés pour l'accueillir", a ajouté Me Paillot.

En juin, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a estimé que la poursuite des soins de Vincent Lambert constituait une obstination déraisonnable. Elle avait validé l'arrêt de son alimentation et de son hydratation artificielles.

Depuis l'arrêt de la CEDH, les parents ont multiplié les recours pour empêcher un arrêt des traitements et porté plainte contre le docteur Simon, en charge du patient et son prédécesseur Eric Kariger pour "tentative d'assassinat et maltraitance".

Une demande de mise sous tutelle

En juillet, le docteur Simon qui dirige le service de soins palliatifs du CHU de Reims avait reçu la famille et tenté une nouvelle procédure collégiale en vue d'un éventuel arrêt des traitements. Cependant, "les conditions de sérénité et de sécurité nécessaires" n'étant pas "réunies", elle avait suspendu  la procédure collégiale et demandé à la justice la mise sous protection de Vincent Lambert.

Cette demande a été dûment transmise au procureur de Reims la semaine dernière qui a saisi un juge des tutelles. Ce dernier devra rencontrer la famille, avant de désigner le tuteur qui ne devrait probablement pas faire partie des proches.

Outre les questions administratives et patrimoniales, le tuteur est le garant de la dignité humaine du patient (et notamment de son image, des vidéos ayant provoqué des polémiques en juin).

Sur le plan médical, il sera obligatoirement consulté par les médecins pour toute décision concernant le patient. Cependant, concernant les décisions les plus importantes, le tuteur devra s’en remettre au juge des tutelles. Vincent Lambert est de nouveau entre les mains de la justice. Pour combien de temps ?

Les parents de Vincent Lambert espère que le tuteur les accompagnera dans un transfert d'établissement. De son côté, le Dr Eric Kariger, l'ex-médecin de Vincent Lambert, rappelle que le rôle d'un tuteur est de défendre l'intérêt du majeur qui est protégé, "ses droits et ses volontés, etc". "S'il est d'accord pour qu'un autre protocole de fin de vie soit entamé, il n'y aura donc plus d'appel possible devant le tribunal administratif, comme cela a été le cas dans le passé. Le médecin qui l'entamerait serait donc plus libre s'il est soutenu par ce représentant légal", indique-t-il.

Rédaction ActuSoins, avec Le Parisien, Le Figaro, pourquoidocteur.fr

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

21 réponses pour “La justice à nouveau au chevet de Vincent Lambert”

  1. je pense aux épreuves endurées par son épouse!Vincent avait clairement exprimé le non acharnement thérapeutique!quel gâchis.

  2. Marie Barbe dit :

    il est où le erespect de sa volonté !!!

  3. Comme toujours ce sont ses parents qui decident et sa femme alors? N’a t-elle pas elle aussi son mot a dire? Pour le bien de vincent que ce tuteur assigner et assez de compassion poir dire stop ça suffit je decide que les soins sont stopper et respecter. La la famille n’aura pas d’autres choix que d’accepter. Je ne dis pas qu’ils n’aiment pas leur fils ils l’aiment d’un amour egoiste. C’est reculer pour mieux sauter toute façon.

  4. Yvonig Olivo dit :

    La mère à fait appel à la CEDH et celle-ci à rendu son verdict…

  5. c’est un légume qu’on lui foute la paix et qu’on le laisse partir ,stop stop a cette mascarade.

  6. Je bosse en ce moment dans une MAS dans une unité avec résidents pauci relationnel. je crois que si Vincent Lambert à envie de partir il partira de lui même. s il s accroché lui aussi c est que qqch n est pas réglé pour lui , il attend qqch ou qqn et il ne partira qu en ayant satisfait cette attente. je ne pense qu il partira tant que sa famille se déchirer à ainsi.

  7. Le changer d’établissement ne ferai que déplacer les discordes… Pourquoi ne pas assumer de garder son fils en vie, et aménager une chambre médicalisé chez eux… Mais pitié, laissons partir cette homme, que seul ses parents désirent garder en vie.

  8. La loi Leonetti interdit l’acharnement thérapeutique !!! Quand cette loi sera t’elle respectée ?!?

  9. L’accident date de 2008, nous sommes en 2015, comment un tel acharnement thérapeutique peut être mis en place ?! Le corps humain et la médecine ont des limites, la kinésithérapie ne l’aidera pas plus ! Je suis consciente que pour la famille c’est une épreuve difficile mais il faut faire au mieux pour Monsieur Lambert. Bon courage à cette famille et aux équipes soignantes.

  10. il faut que cette mère laisse partir son fils selon ses propres volontés

  11. elle a qu a le prendre chez elle porte plainte contre tous le corp medical je suis sur qu elle serais incapable de s en occuper le pauvre homme sa n en finiras jamais

  12. Agnes Balbus dit :

    Au risque de choquer certaines personnes. Si CT un membre de ma famille je serai partisante de le laisser partir. Une histoire sans fin comme vous dite Céline

  13. C’est sans fin cette histoire …
    Triste de se déchirer ainsi

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
227 rq / 1,616 sec