Des IFSI privés ? La FNESI est contre

| | mots clefs : , , 19 réactions

La formation est plus que jamais au coeur des thématiques infirmières. A l'occasion du salon infirmier, la a réitéré ses propositions : l'abandon des quotas d'entrée en première année d' et la possibilité pour l'hospitalisation privée de créer des nouveaux Institut de formation en soins infirmiers. Réactions mitigées de la .

Des IFSI institut de formation en soins infirmiers privés ? La FNESI est contre"Sur plus de 30 000 candidats, moins de 28 000 seront admis en IFSI et 10 % abandonnent leurs études en cours", note la FHP.

« Les hôpitaux, publics et privés confondus, font face à une pénurie de personnel paramédical, alors que les jeunes peinent à trouver un emploi. Or la profession d’infirmier est au cœur de notre activité. La santé peut être un secteur porteur en termes de création d’emplois qualifiés, pour peu qu’on fasse tomber les barrières à l’entrée et que l’on puisse mettre en place une véritable voie de promotion des salariés en développant l’ascenseur social via des équivalences de formation », affirme Lamine Gharbi, président de la FHP.

La fédération estime que la vague de départs à la retraite "aggrave une pénurie de main-d’œuvre qualifiée et entraîne une concurrence acharnée entre établissements pour recruter et conserver leurs personnels infirmiers".

"La santé peut être un secteur porteur en termes de création d'emplois qualifiés, pour peu qu'on fasse tomber les barrières à l'entrée et que l'on puisse mettre en place une véritable voie de promotion des salariés en développant l'ascenseur social via des équivalences de formation", affirme le président de la FHP, Lamine Gharbi, cité dans le communiqué.

Oui à l'abandon des quotas, non à la sélection par l'argent

La Fédération Nationale des Etudiants en Soins Infirmiers (FNESI) partage cet objectif de "rendre accessible les IFSI en supprimant les quotas d'entrée", indique, à ActuSoins, Irving Montorier, 1er vice président en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche de la FNESI.

"Il faudrait un système similaire au système de voeux en admission post-bac à l'université. Cela permettrait d'éviter la très forte mobilité géographique en sortie des IFSI car actuellement, 64 % des étudiants infirmiers ne travaillent pas dans la région où ils ont fait leurs études", explique-t-il.

Pour ce responsable étudiant, l'abandon des quotas devrait se faire dans le cadre d'une "réorganisation des études avec des troncs communs pour les étudiants en santé afin d'aménager des passerelles dans le cadre du LMD et de favoriser les changements de filière et d'éviter le gâchis liés aux mauvaises orientations au départ".

En revanche, la FNESI se prononce contre les IFSI créés par l'hospitalisation privée. "Il n'est pas question de remplacer la sélection actuelle par quotas par une sélection par l'argent", s'offusque Irving Montorier.

Actuellement un seul IFSI privé existe en France aujourd’hui, en Languedoc-Roussillon et "les demandes de création d’IFSI privés sont systématiquement refusées", indique la FHP.

"Les établissements de santé privés participent à la formation des élèves en soins infirmiers en constituant notamment une réserve de terrains de stages indispensable au bon déroulement des cursus. Or malgré ce rôle prépondérant, leur juste place dans le cursus de formation n’est aujourd’hui pas reconnue", indique la FHP qui demande "à intégrer les instances de formation, notamment les commissions pédagogiques".

Autre revendication de la FHP :  développer la promotion des salariés en facilitant l’accès à la formation d’IDE pour une personne ayant obtenu le diplôme d’aide-soignant.

"Une voie possible pour rétablir l’ascenseur social serait de prévoir des dispenses plus importantes de formation. Ainsi, par exemple, la 1ère année de formation IDE donne l’équivalence du diplôme d’aide-soignant (DEAS). Pourquoi ne pas prévoir que le bénéficiaire du DEAS ait un accès direct à la 2ème année de formation IDE ?", demande la FHP.

Rédaction ActuSoins

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

19 réponses pour “Des IFSI privés ? La FNESI est contre”

  1. laurentin dit :

    trés étonné par le conservatisme de la FNESI. L’avenir appartient aux réformistes. En quoi un IFSI privé délivrerait il de mauvaises formations ? Bien au contraire le monopole d’Etat est à mon avis trés délétére

  2. Alsete dit :

    “…la FHP a réitéré ses propositions : l’abandon des quotas d’entrée en première année d’IFSI et la possibilité pour l’hospitalisation privée de créer des nouveaux Institut(s) de formation en soins infirmiers.”

    Ce qui est en parfaite cohérence avec une autre proposition de la FHP non rappelée dans l’article : ramener la valeur du DEI à Bac +2…

    L’hôpital est asphyxié, les cliniques privées oublient de faire faillite, elles veulent faire raquer un maximum de nouveaux bacheliers en leur ouvrant grand les portes (et leur porte-monnaie au passage) d’une formation qui finira par ne plus avoir de débouchés par une demande supérieure à l’offre, et tout ça pour un diplôme au rabais sur une grille indiciaire Bac +2. La boucle est bouclée.

    Quid de la reconnaissance d’un tel diplôme privé dans la FPH si le diplômé veut ensuite intégrer l’hôpital ?

    Les IFSI publics sont statutairement un service hospitalier, donc soumis à des exigences qualité et supervisés.

    Qu’en serait-il d’IFSI privés ?

    Et rappelons-nous la prise en otage, en mars dernier, des ESI par la FHP dans un conflit qui ne les concernait pas. Les cliniques privées seraient bien les derniers candidats à une formation d’IDE à qui il faudrait cette mission sur de telles positions éthiques !!!

    Mais bon… il suffirait que Hollande croit entendre Merkel évoquer vaguement le cout de la formation des IDE au cours du dîner d’un quelconque sommet européen pour qu’il se lève brutalement de table, courre vers le premier vol pour Paris pour rédiger en sueur un décret de privatisation totale des IFSI avant même que le monde de la finance le lui impose expressément.

    Vu l’état dans lequel nos politiques ont mis notre service hospitalier depuis plusieurs décennies, tous étendards claniques confondus, le pire peut désormais être envisagé : confier les missions de santé publique au seul secteur privé.
    O, me souffle dans l’oreillette que je n’aurais pas du écrire “envisagé”, mais “poursuivi”. Corrigé.

  3. Moi je suis As et j ai réussi mon concours pour rentrer à l IFSI ( obligée de faire un report car pas financée cette année, bref……) mais je ne voudrais en aucun cas rentrer directement en 2è année! Ce serait pour moi une formation bâclée, qui perdrait de sa valeur. Parce qu’ As et IDE, bah y a un fossé entre les 2!!!

  4. Le monsieur FHP Lamine Machin chose… Me fait vomir… Avec toutes ses cliniques privées, fours à fric… J’en ai traversé plein des cliniques FHP à but lucratif… Combien de fois je manquais de compresses stériles, de gants, de draps car tout est rationalisé +++++ pour faire rentrer de la tune sur le dos des soignants, les pires dysfonctionnements je les ai vus en cliniques privées… Les arrangement sur les durées de passage en SSPI pour faire tourner le bloc à plein régime afin de remplir les caisses… Des bâtiments pas aux normes sans postes de soins, des primes inférieures à celles du public, l’exploitation de personnels non diplômés etc etc etc, vous en voulez des exemples ? Je connais des dizaines de cliniques où 60 à 70 % des effectifs de nuit sont des vacataires… Sans les vacataires, de nombreuses cliniques ne tiendraient pas debout… S’ils n’arrivent pas à fidéliser leurs personnels fixes c’est qu’il y a un souci, pour trouver du personnel, on peut améliorer les conditions de travail, mettre à un niveau décent certaines primes etc etc Donc, l’histoire de la FHP qui cherche des solutions pour trouver du personnel, CA ME FAIt RIGOLER !!!!!!!!!!!! C’est un faux problème, c’est d’une hypocrisie totale !!!!!! L’hospitalisation privée à but lucratif me fait dégueuler !!!!!! Vous voulez que je vous dise combien les chirurgiens gagnent dans ces cliniques (et avec les patients du public en plus) ??????? J’aimerais bien le rencontrer cet abru.. de président de la FHP, je lui proposerais de venir avec moi sur le terrain, terrain qu’il ne connait pas visiblement !

  5. Rika Mat dit :

    Enlever les quotas? C’est une blague?

  6. mais on parle de chômage dans le nord et même dans 2 ans dans le sud -est!

  7. Comment peut-on se passer de quotas, donc du concours d’entrée, quand on voit le nombre effarant de candidats au concours, et, parallèlement, le nombre inquiétant de jeunes diplômés d’Etat au chômage ?! La dite “pénurie de personnel paramédical” est un leurre, peut-être à Paris et encore ? Comment un aide-soignant admis en L2 IFSI pourrait combler son retard de pratique des soins techniques alors que certains ESI n’ont pas suffisamment de 3 ans pour tous les acquérir correctement ? Cet article me fait bondir !

  8. Supprimer le concours, et pis quoi encore? N’importe quoi, on veut vraiment détruire notre profession, la sélection est absolument nécessaire. Combien la fhp donne au représentant de la fnesi?

  9. cath dit :

    Le chômage s’installe pour de bon dans la profession infirmière, et il n’y a de pénurie que ponctuelle ou très localisée. Encourager la formation de toujours plus d’ide alors que les nouveaux diplômés peinent à trouver des postes et prennent ceux d’as est tout en faveur de l’employeur.
    ” la concurrence acharnée entre établissements pour recruter et conserver leurs personnels infirmiers” avancée par le président de la FHP (c’est de l’humour ?) n’a plus cours depuis des années, maintenant c’est suppression de lits et de postes soignants avec davantage de diplômés sur le marché..

  10. Kittycat Mel dit :

    comme au Portugal.. comme ça encore plus de précarisation de notre métier… continuez à tuer notre profession… la FNESI… en grand partenariat avec l’ordre pseudo infirmier n’Est-ce pas ?

  11. Je n’arrive pas à comprendre une chose ils parlent d’ouvrir les quotas pour faire face à la pénurie de personnel qualifié alors même qu’on parle d’une augmentation du chômage infirmier

  12. ActuSoins : ifsi, c’est bien institut, donc privés sans E svp

  13. Déjà dit par les autres comm : et la CRF, c’est quoi ?
    la fnesi devrait se réveiller. Les études , c’est comme le monde du travail, touts les IDE ne travaillent pas dans le public.

  14. Alex Vernet dit :

    moi j’ai fais la croix rouge et c’est bien une école privé!

  15. Noure Than dit :

    En même temps.. La Croix-Rouge c’est quoi ???

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
217 rq / 1,625 sec