Tourcoing : mieux accueillir les personnes handicapées mentales à l’hôpital

Le handicap mental, multiforme, rend souvent plus compliqués l'accueil et la prise en charge à l'hôpital des personnes concernées. A Tourcoing, une association gestionnaire de plusieurs lieux de vie de personnes handicapées et le centre hospitalier ont conclu une convention pour changer les choses.

association-papillon-blanc-tourcoingUne personne en situation de handicap mental est un patient à la fois comme les autres et pas tout à fait comme les autres.

Elle pourra avoir plus de mal à attendre aux urgences ou à gérer son stress, sera peut-être plus désorientée.

Certaines ne supportent pas d'être touchées, d'autres ne savent pas forcément bien se faire comprendre ou dire à quel point elles ont mal... Avec au final une prise en charge pas forcément adéquate et une frustration des soignants qui en sont conscients.

L'association APEI-Les Papillons blancs de Roubaix-Tourcoing et le centre hospitalier Gustave Dron de Tourcoing ont donc conclu une convention qui vise a améliorer l'accueil des personnes handicapées mentales à l'hôpital.

Un premier accord avait été conclu en 2007-2008 mais n'avait pas rencontré un fort écho. Depuis deux ans, l'hôpital et l'association ont remis leur convention sur le métier et s'efforcent, cette fois, de la faire vivre.

Se (re)connaître

Premier effet positif : « Progressivement, nous avons appris à nous connaître », explique Marie-Christine Hache, directrice adjointe chargée de la stratégie et des affaires médicales au CH de Tourcoing. Des « stages croisés » y ont contribué, précise Patrick Geuns, directeur du foyer d'accueil médicalisé de Linselles, un des trois établissements voisins des Papillons blancs.

Des infirmières et aides-soignantes de ce foyer sont venues passer une journée à l'hôpital et d'autres de l'hôpital ont fait le chemin inverse, histoire de prendre conscience de la façon dont travaillent les uns et les autres et dont les personnes vivent ici ou sont accueillies là. Le foyer a aussi organisé des séances de formations sur le handicap mental, les troubles psychiques, le vieillissement des personnes handicapées...

Certains ont aussi participé à un forum sur le sujet en 2014. « Les soignants de l'hôpital savent mieux comment entrer en contact avec les patients handicapés », souligne la directrice adjointe. Et les professionnels des deux structures se contactent désormais directement en cas de besoin...

Une équipe projet s'est constituée à l'hôpital avec des infirmières et des aides-soignantes autour de la cadre de santé des urgences car ce service constitue aussi pour ces personnes la principale porte d'entrée vers l'hôpital.Ses travaux portent sur l'accueil des personnes handicapées mentales dans tout l'établissement.

Un comité de pilotage réunit aussi régulièrement des représentants du centre hospitalier et les directeurs de trois établissements des Papillons blancs du secteur, qui représentent l'association. Ils analysent notamment des situations difficiles encore rencontrées par des personnes handicapées mentales à l'hôpital et cherchent ensemble des solutions utiles à tous.

 Accueil direct à terme

La convention prévoit par exemple un protocole d'accueil aux urgences avec la vérification de l'identité de la personne. Elle a instauré une fiche médicale de liaison qui reprend les antécédents de la personne, ses éventuels traitements en cours, son plan de soins, les précautions à prendre avec elle et la personne référente à contacter en cas de besoin, explique Marie-Christine Hache.

Ces différents éléments se mettent en place petit à petit, observe Patrick Geuns. Les délais d'attente aux urgences ne peuvent pas forcément être réduits mais une meilleure vigilance des personnels peut faciliter les choses, ajoute-t-il.

« Notre objectif, à terme, ajoute la directrice adjointe, c'est d'éviter qu'une personne connue de l'hôpital passe d'abord par les urgences et qu'elle puisse être accueillie dans les services directement. »

Olivia Dujardin

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
234 rq / 1,863 sec