Psychiatrie : une pénurie organisée?

Le syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH) a dénoncé samedi dernier, via un communiqué de presse, "une pénurie organisée pour la santé mentale".

Psychiatrie : une pénurie organisée ?"Le SPH juge inadmissible la diminution des moyens que le ministère de la santé vient de sceller pour la psychiatrie publique en publiant un objectif des dépenses hospitalières pour 2015 qui décide une progression insignifiante de +0,3% de son enveloppe budgétaire" précise le communiqué.

Pour le syndicat, "le gouvernement entérine maintenant les restrictions organisées contre un dispositif de soins qui doit pourtant faire face à une augmentation des demandes et une diversification de ses missions".

"Cet objectif national des dépenses abusivement restrictif va aggraver la situation en faisant peser sur les personnels soignants, principales cibles des économies mais aussi outil principal de soins en psychiatrie, les inévitables choix qui en découleront".

En condamnant une politique de santé mentale "guidée exclusivement par les objectifs macroéconomiques d'équilibre des comptes et déconnectés de la réalité de secteur", le SPH s'aligne sur la position de la FHF (Fédération Hospitalière de France) qui avait déjà condamné la semaine dernière les choix budgétaires du gouvernement pour les activités de soins de suite et de réadaptation, ainsi que pour la psychiatrie.

La FHF déplorait entre autres que le gouvernement ait fait le choix de diminuer les budgets dans le secteur public alors qu'ils progresseront dans le secteur commercial.

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Psychiatrie : une pénurie organisée?”

  1. Une casse du système publique contre un système privé. La santé est un rôle régalien de l’état qui ne se négocie pas, qui ne se privatise pas. Après la santé que privatisons nous ? L’armée, la justice, … Nous sommes en train de vendre les bijoux de famille et de renier nos valeurs. Après avoir perdu notre autonomie nationale, nous perdons notre santé, nos valeurs… Si la Suisse ressemblait à la France que j’aime avec les idées nobles que j’aimais alors je crois que je migrerais !!!

  2. Eric Dehaine dit :

    A diffuser largement, on organise la casse de la prise en soins en santé mentale….. 🙁

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
227 rq / 1,602 sec