Favoriser le travail de l’infirmière : Ludicalm reçoit un trophée de la santé mobile

Favoriser le travail de l'infirmière : Ludicalm reçoit un trophée de la santé mobile

Ludicalm

Le 26 janvier, six trophées de la santé mobile ont été décernés. Ludicalm, un jouet digital pour détourner l'attention des enfants durant des soins douloureux et ainsi favoriser le travail des infirmières, a obtenu le trophée de l'application mobile de santé destinée aux patients ou au grand public. ActuSoins avait présenté cette application en mars 2014 (article ci-dessous). En 2014, le Trophée de l’application mobile professionnels de santé avait été décerné à iPansement.

Les trophées 2015

- Grand Trophée 2015 de l'application mobile de santé : MES VACCINS de Paul-Henri Koeck

Cette application mobile gratuite est un Calendrier Vaccinal Electronique (CVE) qui permet de gérer et de partager de manière sécurisée son planning de vaccinations.

- Grand Trophée 2015 de l'objet connecté de santé : SMART BODY ANALYSER WS 50 de Withings

Ce pèse-personne connecté aide à maîtriser son poids et sa santé en prenant en compte les variations du ratio masse grasse/masse maigre et de l’indice de masse corporelle pour mieux cibler les « bons » kilos.

- Trophée 2015 de l'application mobile de santé de suivi : ARTHMOUV de Sanofi-Aventis

Cette application accompagne les patients souffrant d’arthrose du genou au quotidien.

- Trophée 2015 de l'application mobile de santé destinée aux patients ou au grand public : LUDICALM de Sylvie Brunet

- Trophée 2015 de l'application mobile de santé destinée aux professionnels de santé : MUSCULOSKELETAL ULTRASOUND de Qualia Systèmes

Musculoskeletal Ultrasound est une base de données exhaustive d’images échographiques de l’appareil musculosquelettique destinée aux praticiens spécialistes ou généralistes et aux étudiants.

Soins infirmiers : une application mobile pour réduire les maux des enfants

Dans le cadre de son cabinet d'hypnothérapie, Ludicalmant Vôtre, Sylvie-Marie Brunet, propose aux particuliers et aux professionnels de la santé une thérapie ludique et apaisante, la ludothérapie (1) par immersion.

En combinant l'immersion, les TIC, et les techniques psychocorporelles (hypnose, PNL, relaxation), elle élaboré une façon de soigner en s'appuyant sur la prédisposition humaine au jeu et à la créativité.

Elle a d’ailleurs conçu ce qu’elle appelle des « ludicaments », des stratégies distractives pour la prise en charge du patient pendant un soin douloureux, dont l’application Ludicalm, accessible sur tablette ou smartphones, pour le soin pédiatrique des enfants de 2 à 11 ans.

« Le but est de combattre l’anxiété et la douleur générés par les soins courts en pédiatrie », explique-t-elle. Cette application accessible sur tablette, fait entrer de la magie et de l’imaginaire dans le soin, par l’intermédiaire d’un personnage fictif, une grenouille, qui va capter l’attention de l’enfant.

Un outil qui simplifie le soin

« Les soins en pédiatrie peuvent être générateurs de stress pour l’enfant et pour l’entourage, notamment les parents, explique Elisabeth Guerzou, infirmière puéricultrice au Centre hospitalier d’Alès. L’infirmière doit donc réaliser son geste technique et en même temps, gérer le stress de l’enfant et éventuellement celui de la famille. »

L’infirmière puéricultrice travaille toujours en binôme avec l’auxiliaire de puériculture qui exerce, lors des soins, une contention sur l’enfant.

« Nous voulons réaliser le soin envers l’enfant sans qu’il soit traumatique, ajoute l’infirmière. Il faut donc que le trio enfant-parents-soignants fonctionne pour qu’il y ait une certaine sérénité. Et ce nouvel outil, Ludicalm, permet de laisser une empreinte positive. »

Cette application, utilisée au CH d’Alès, a « changé la façon de travailler des infirmières, souligne Sylvie-Marie Brunet. Les soignants peuvent en effet s’appuyer sur l’outil ?magique? qui va simplifier le soin. »

La première fonction de l’application va donc être de distraire l’enfant. Son imagination est tout de suite captée et il va donc voir sa crainte diminuer. « Le mécanisme est similaire à l’effet placebo, précise Sylvie-Marie Brunet. Le cerveau développe de l’endorphine. On créer un ancrage positif, un souvenir joyeux. » Il y a aussi des effets collatéraux sur les parents, qui souvent tiennent la tablette et sont émerveillés. « Ils se trouvent un rôle avec la tablette, souligne l’infirmière. Ils sont rassurés et deviennent rassurants. »

Au CH d’Alès, le dispositif a été testé sur une cinquantaine d’enfants pour la pose de cathéters et 50 % des enfants n’ont plus eu besoin d’être tenus pour les soins. « Les mots des enfants après le soin nous ont convaincu de l’utilité du dispositif, rapporte Elisabeth Guerzou. Tous étaient surpris de la rapidité de l’acte ou de l’absence de douleur. » L’hôpital pédiatrique Robert Debré, à Paris, est le prochain qui devrait se servir de l’application.

(1) Méthode de traitement de certaines pathologies mentales et psychiques par le jeu.

Laure Martin

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
241 rq / 1,666 sec