Impliquez-vous, mais pas trop….

Les infirmières motivées principalement par le désir d'aider les patients ont un risque accru d’épuisement professionnel, conclut une étude de l'Université d’Akron.

Infirmières Impliquez-vous, mais pas trop....Les conclusions présentées à la 109è Réunion annuelle de l’American Sociological Association, montrent aussi que la motivation pour l’exercice professionnel et le mode de vie qui lui est associé, sont au contraire, des facteurs de réussite professionnelle et de santé personnelle.

Si la profession reste majoritairement féminine, écrivent les auteurs, c’est aussi parce que la femme est naturellement associée et encline à la bienveillance, à l’altruisme, à la protection.

Ainsi, le désir d'aider les autres est donc souvent une motivation essentielle pour choisir la profession. Pourtant, les infirmières un peu moins habitées par cet altruisme et qui trouvent un intérêt réel à leur exercice professionnel même et/ou au mode de vie qu'il implique, sont aussi celles qui sont les plus heureuses dans leur métier.

Un certain recul affectif est plutôt propice

Ces femmes sociologues et psychologues de l’Université d’Akron ont mené une enquête auprès de 700 infirmières et infirmiers (Ohio). Les résultats montrent que l’intérêt professionnel et un certain recul vis-à-vis de l’autre, se traduit par moins d'épuisement professionnel, une amélioration de la santé personnelle et un niveau d'engagement élevé au travail.

L’analyse montre également une différence majeure avec certaines autres professions. Dans de nombreux métiers, l’employeur ne se soucie pas de l’intérêt de l’employé dans ce qu’il fait, pourvu que le résultat soit là. En matière de soins, les établissements se soucient peut-être trop de cette motivation à aider ou à soigner, et pas suffisamment des compétences plus techniques.

Modifier cette hypothèse culturelle permettrait d’attirer un plus grand nombre d’hommes dans la profession, et peut-être de « la valoriser pour d'autres raisons ». Ainsi, l’enquête montre aussi que les infirmières qui sont motivées par le mode de vie lié à la profession, dont la capacité d'interagir avec les patients, sont plus heureuses dans leur travail et restent plus longtemps dans l’établissement.

D’autres études doivent être menées sur l’association entre les différentes motivations et l’épanouissement sur un échantillon plus large d’infirmières.

Rédaction ActuSoins, avec Santélog

Source: American Sociological Association Motivation and Care Dimensions in Caring Labor: Implications for Nurses' Well-Being and Employment Outcomes

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “Impliquez-vous, mais pas trop….”

  1. Tout a fait d accord… surtout en ehpad où les pauses à rallonge et le manque de respect envers familles et residents vont parfois bon train…

  2. Je suis IDE référent et coordonateur dans une USLD EPHAD à l’Hôpital depuis un an environ. Il m’a été demandé de mettre en place une nouvelle organisation de soins suite à la rédaction des projets personnalisés des résidents. Ce travail de longue haleine est un formidable tremplin qui me permet de me préparer au concours d’entrée à l’école des cadres. Mon “épuisement” est à la hauteur de ma motivation quand à faire respecter les droits des résidents et le devoir de l’équipe soignante que j’ai sous ma responsabilité Mais force de reconnaitre que l’épuisement professionnelle ne vient pas seulement de la motivation que l’on y place mais surtout du peux d’intérêt que certains soignants manifestent par la mauvaise qualité de leur prise en charge du patient…

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
181 rq / 1,580 sec