Hôpital de la Roseraie : infirmières et salariés bientôt sur le carreau ?

| 2 réactions

Le verdict est tombé le 22 janvier : l'hôpital européen de la Roseraie à Aubervilliers appartenant au groupe italien Villa Maria est en cessation de paiement et en redressement judiciaire. Retour sur une gestion décrite comme "catastrophique" par la CFDT

Hôpital de la Roseraie : infirmières et salariés bientôt sur le carreau ?"L'hôpital s'est retrouvé en cessation de paiement après avoir été condamné à verser 3 millions d'euros d'arriérés de salaires et d'heures supplémentaires non payées et 600 000 euros à l'URSSAF pour l'emploi non déclaré de 50 salariés roumains", indique Abdelhak Oumeraci, délégué CFDT et secrétaire général du Comité d'entreprise, à Actusoins.  

"Le  juge a considéré qu'il s'agit de travail dissimulé. De fait, le groupe italien a une totale méconnaissance du droit du travail français", ajoute ce syndicaliste. Le juge a accordé un délai de six mois au cours duquel l'activité se poursuit et l'administrateur judiciaire devrait rendre son rapport le 11 mars. C'est alors que les salariés connaîtront le sort réservé à l'établissement et aux salariés.

L'enjeu est majeur à la hauteur de l'activité de cet établissement qui représente 6 % de l'hospitalisation du département de Seine-Saint-Denis, avec  37 000 passages aux urgences, 18 000 hospitalisations, 1300 accouchements et 6000 séances de dialyse par an.

Le personnel de l’Hôpital Européen de Paris se compose de 650 salariés et de 140 médecins et chirurgiens, en plus du personnel des sociétés sous traitantes. Mais, selon la CFDT, 1000 salariés directs et indirectspourraient être concernés. Un chiffre qui comprend les salariés de la polyclinique d'Aubervilliers, un établissement voisin appartenant également au groupe Villa Maria, qui pourrait se retrouver en difficulté si la Roseraie ferme.

Pas de visibilité sur le long terme

"Le vrai problème, c'est la gestion de l'établissement. Dix directeurs sont passés en huit ans depuis le rachat en 2005 de l'établissement par Villa Maria. Trouver l'argent nécessaire ne sera pas suffisant pour sauver l'établissement. Il faut mettre les salariés à la bonne place, développer une vraie vision stratégique et développer l'activité et le chiffre d'affaires", estime Abdelhak Oumeraci.

Or, la direction a pour projet de passer de 353 lits à 210 lits. "Cela est contreproductif. Il y a un vrai manque de visibilité à long terme", estime ce délégué CGT qui ajoute que "le chiffre d'affaires a chuté de 54 millions d'euros lors de la reprise de l'établissmeent par le groupe italien à 40 millions l'an dernier".

L’Hôpital Européen de Paris, concessionnaire de service public hospitalier, dispose actuellement de 353 lits pour la médecine-chirurgie-obstétrique, de 43 lits pour la réanimation-l’USIC-l’USC, de 39 places pour la chimiothérapie et l’ambulatoire, de 25 postes en dialyse et de 6 incubateurs en néonat.

Cyrienne Clerc 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Hôpital de la Roseraie : infirmières et salariés bientôt sur le carreau ?”

  1. je vois que tous les secteurs sont touchés !

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
200 rq / 1,521 sec