Prix infirmier Any d’Avray : appel aux candidats

« Il y a peu de prix récompensant des initiatives paramédicales. Autant les mettre en valeur. C’est un moyen de valoriser l’équipe et de développer plus en avant nos actions. », indique Catherine Boisseau, cadre de santé en au CHU de Poitiers, lauréate 2012 du prix Any d’Avray pour l’usage de l’olfactothérapie et de l’aromathérapie comme soin de support auprès de patients atteints de cancers.

infirmière prix any d'avray

Remise du prix Any d'Avray en 2012 - DR

Les candidatures pour ce prix de 7500 euros sont désormais ouvertes pour une remise prévue le 22 mars 2014, à l’occasion des 17èmes Rencontres infirmières en (RIO) de l’AFIC (Association française des infirmières de cancérologie).

Du nom d’Any d’Avray, créatrice de cheveux, il récompense et soutient depuis vingt ans des projets infirmiers - ceux-ci peuvent être pluridisciplinaires mais doivent être portés par une - , destinés à améliorer la qualité de vie des patients atteints de .

« Il est destiné à récompenser des projets innovants. Cela nous amène à valoriser les projets qui sortent des sentiers battus. Nous cherchons à encourager et à récompenser la créativité des équipes infirmières. Notre but n’est pas de financer la duplication de vieilles recettes ! », souligne Nicole Rama, présidente d’un jury composé d’infirmières, de cadres de santé et de médecins.

Un projet d’aromathérapie primé en 2012

« À ce jour, les huiles essentielles ne sont pas ou peu utilisées en milieu hospitalier. (…) Si elles peuvent être bénéfiques, elles ont aussi des caractères actifs forts et même des contre-indications importantes. Beaucoup de patients sont aujourd'hui en recherche de médecines douces ou complémentaires et peuvent ainsi utiliser les huiles essentielles sans le savoir à mauvais escient », indique Catherine Boisseau.

L’enveloppe reçue par cette équipe a été partagée entre les trois secteurs utilisant l’aromathérapie : les soins palliatifs, l’hôpital de jour et l’hématologie, puis les consultations. « Cela concerne une très grande diversité de patients, explique cette cadre de santé, désormais experte en aromathérapie, et donc des utilisations très différentes » allant d’ateliers olfactifs pour les patients en ambulatoire à des usages réguliers en proposition aux patients dans les services d’hématologie et de soins palliatifs comme des massages, des onctions ou bains de douche.

« Ce prix nous permet de maintenir l’emploi d’une aromathérapeute extérieure pour les ateliers destinés aux patients en externe, de renouveler le matériel et de poursuivre la formation de deux aides-soignantes et de deux infirmières référentes ». Catherine Boisseau envisage également de profiter de ce prix pour mettre en place un protocole de recherche sur l’utilisation de l’aromathérapie dans les soins de patients souffrant d’atteintes buccales, un symptôme courant en soins palliatifs. Plusieurs services et d’autres établissements s’intéressent désormais à l’aromathérapie. Le prix a donné un certain retentissement à notre projet », ajoute-t-elle.

Claire Dubois

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Prix infirmier Any d’Avray : appel aux candidats”

  1. Ghislain dit :

    Comment peut-on déposer sa candidature?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
241 rq / 1,808 sec