Canicule : l’appel à la solidarité citoyenne de Michèle Delaunay

Ce sont des “fortes chaleurs” mais pas la , répètent depuis dimanche les responsables sanitaires, ministre compris. La canicule correspond à des critères spécifiques : des températures élevées jour et nuit, soit au moins 31°C le jour et 21°C la nuit à Paris et ce, durant trois jours et trois nuits consécutifs.

Michèle Delaunay lors de la visite de l'EHPAD de l'abbaye à Saint-Maur. © Ministère des affaires sociales/DICOM/William Alix/SIPA

Michèle Delaunay lors de la visite de l'EHPAD de l'abbaye à Saint-Maur. © Ministère des affaires sociales/DICOM/William Alix/SIPA

Le souvenir de la canicule de 2003 et de ses 15 000 décès  ayant laissé des traces également médiatiques – le gouvernement était alors aux abonnés absents pour cause de vacances –, Michèle Delaunay, ministre déléguée en charge des Personnes âgées et de l'Autonomie, est montée au front.

Tout d’abord dans une Ehpad à Mérignac, près de Bordeaux, puis dans deux Ehpad franciliennes, dans le XIXe arrondissement de Paris et à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) depuis lundi 22 juillet.

«A ce jour, la situation est tout à fait contrôlée (...) Mon ministère n'a reçu aucune alerte fâcheuse dans les deux ou trois derniers jours», a déclaré à Bordeaux Michèle Delaunay. « Le point qu'il faut sans aucun doute améliorer, c'est l'identification des personnes fragiles ou vulnérables qu'il faut signaler à la municipalité », a insisté la ministre. A chacun de faire un geste solidaire et de se demander s’il y a une personne âgée ou fragile dans son entourage, de « s'assurer qu'il y a des provisions, que la personne boit régulièrement », précise-t-elle.

Identifier et aider les personnes vulnérables

L'isolement des personnes âgées peut accentuer la perte d'autonomie, mais peut aussi être un facteur de risque en période de forte chaleur. Dans le Val-de-Marne, plusieurs dispositifs existent pour apporter de l'aide à ces personnes tel que Val'Écoute. Proposé gratuitement durant les deux mois d'été aux bénéficiaires d’aides sociales, il leur permet d’être mises en relation avec un service d'écoute grâce à un boitier. En cas de vigilace orange, la plate-forme appelle directement tous les abonnés pour “voir s'ils vont bien et pour leur rappeler les bonnes conduites à tenir,” explique Brigitte Jeanvoine, la vice-présidente du Conseil général.

L'association “Les petits frères des pauvres” est également présente sur le département et travaille toute l’année en relation avec le CLIC 3 et le CCAS car la prise en charge, estiment-ils doit se faire sur la durée.

La visite de Michèle Delaunay à l’Ehpad « La résidence de l'Abbaye » à Saint-Maur-des-Fossés, a été l’occasion pour Pascal Champvert, son directeur, également président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), de réitérer sa demande d'augmenter le ratio de personnel.

Dans l’Ehpad Hérold, situé près des Buttes-Chaumont, une salle à manger est réfrigérée à une température de 24° et accueille les résidents quand les chambres sont trop chaudes mais aussi les personnes âgées du voisinage. La ville de Paris dispose du fichier Chalex ou est recensé 20 00 personnes fragiles inscrites dès le printemps et contactées toutes les 48 h lors des fortes chaleurs. Parallèlement à cette initiative, dans le XIXe comme dans les autres arrondissements de la capitale, un réseau de commerçants solidaires s’est créé. Ceux-ci signalent à la mairie la plus proche leurs inquiétudes dès lors qu’un client âgé ne se manifeste plus.

Claire Dubois

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
215 rq / 1,671 sec