Passage de témoin à la présidence de la FNESI

Lors de ses universités d'été, les membres de la Fédération Nationale des Etudiants en Soins Infirmiers ont élu une nouvelle liste, portée par Karina Durand. Universitarisation, co-tutelle de l'enseignement supérieur, démocratie étudiante...Les sujets ne manquent pas pour ces prochaines années.

Passage de témoin à la présidence de la FNESI fédération nationale des étudiants infirmiersKarina Durand, étudiante en troisième année à l'IFSI de Nancy, a été élue présidente de la sous la liste intitulée « Valorisons la formation et faisons de l'étudiant en soins infirmier un acteur reconnu au centre de ses études » avec une large majorité.

Elle succède à ce poste à Ève Guillaume, qui avait été renouvelée dans ses fonctions en octobre 2012 dans sa dernière année d'études infirmière

Ce passage de témoin s’est effectué lors des Universités d’été de la fédération étudiante qui s’est achevée le 16 juin en Gironde. « Ces universités d’été ont été l’occasion d’ajouter un nouveau parcours de formations "découverte professionnelle » qui a permis aux étudiants de mieux appréhender plusieurs aspects de la profession et de mesurer les enjeux des formations  en rencontrant des représentants des infirmières de bloc opératoire, des puéricultrices libérales ou des infirmières spécialisées en cancérologie », souligne Karina Durand.

L’une des séances plénières a été consacrée  à la co-tutelle ministérielle (santé-enseignement supérieur), une des avancées obtenues par Eve Guillaume ces dernières semaines qui souligne qu’elle laisse « la fédération entre les mains d’une équipe forte après deux années enrichissantes ».

« La co-tutelle est un premier  pas vers l’intégration universitaire complète même si cela n’est pas suffisant. La prochaine étape consistera à obtenir que tous les textes concernant le formation en soins infirmiers passent par le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche qui comprend des représentants des universités, y compris des étudiants. Cela sera un pas en plus vers une plus grande démocratie étudiante », estime la nouvelle présidente de la FNESI.

La formation infirmière au cœur de nombreux dossiers

De son côté Karina Durand, en tant que vice-président aux relations internationales s’est opposée avec succès au projet d’harmonisation européenne des études infirmières (directive 2005-36) qui prévoyait l’entrée en formation après dix ans de scolarité, soit avant le passage du baccalauréat, soit un nivellement par le bas. « Le principe des dix ans est resté mais il est largement compensé par l’obligation pour les infirmières qui désirent passer d’un pays européen à l’autre de détenir des compétences minimales qui vont être détaillées », explique Karine Durand.

La fédération étudiante est en revanche opposée à l’article 22 du projet de loi relatif à l'enseignement supérieur et à la recherche, en cours de discussion au Sénat qui prévoit, à titre d’expérimentation, une première année « santé » commune, une PACES élargie aux paramédicaux, avec un certain nombre de passerelles entre les différentes formations de médecin, infirmière, kinésithérapeute,… « Cela ne correspond pas à la spécificité de la formation infirmière qui comprend des stages dès la première année. En outre, le risque est de voir des étudiants choisir la formation infirmière par dépit, à défaut d’obtenir médecine, et non par choix », précise Eve Guillaume.

L’ex-présidente de la FNESI souligne cependant que ce projet ne devrait pas trouver beaucoup d’adeptes sur le terrain, du fait de la difficulté à intégrer l’ensemble des étudiants infirmiers au sein de cette première année.  Quelques universités postulent cependant à l’expérimentation mais afin d’intégrer d’autre paramédicaux au sein de la PACES, mais « une seule concerne les infirmiers, à Nantes. L’université nantaise prévoit une licence santé commune avec une multiplicité de spécialisation et de passerelles vers la médecine, les études en santé publique, les soins infirmiers, la kinésithérapie,… », explique Eve Guillaume.

Claire Dubois

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Passage de témoin à la présidence de la FNESI”

  1. lilibellule91 dit :

    Cest beau tout ça, j’en ai presque des étoiles dans les yeux !!! Mais pour moi rien ne change, la fnesi reste inutile …

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
257 rq / 3,807 sec