Les benzodiazepines dans le collimateur de l’Afssaps

| | mots clefs : 6 réactions

L'agence du médicament Afssaps envisage d'encadrer plus strictement les benzodiazépines afin notamment d'en restreindre l'usage détourné,  indique-t-elle dans un rapport.

Les benzodiazepines dans le collimateur de l'Afssaps"Chaque année, un français sur cinq consomme au moins une benzodiazépine ou une molécule apparentée" explique l'Afssaps dans un communiqué diffusé à l'occasion de la publication d'un "Etat des lieux de la consommation des benzodiazépines en France".

Les consommateurs des 134 millions de boîtes de cette classe de médicament vendues en France en 2010 sont en majorité des femmes (60%) et l'usage de cette famille thérapeutique "augmente avec l'âge", note encore l'Afssaps.

La consommation des benzodiazépines anxiolytiques diminue globalement (-1,8% par an depuis 2002) tandis que celle des benzodiazépines hypnotiques reste stable.

Mais "il existe une utilisation problématique des benzodiazépines avec un détournement et un usage abusif chez les toxicomanes ainsi qu'un risque d'usage criminel à des fins de soumission chimique" souligne l'agence.

En outre l'usage de cette classe de molécule accroît les risques d'accident de la route, note-t-elle.

Aussi "des mesures d'ordre réglementaire peuvent être envisagées pour favoriser le bon usage des benzodiazépine comme l'extension de leur prescription sur ordonnance sécurisée", ce qui permettrait "de limiter le détournement de ces ".

Une autre piste est de réduire la taille des boîtes de ces médicaments, ce qui permettrait "de réduire le risque d'abus".

AFP

Pour aller plus loin :

Etat des lieux de la consommation de benzodiazépines en France - AFSSAPS

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

6 réponses pour “Les benzodiazepines dans le collimateur de l’Afssaps”

  1. chouette dit :

    j’ai rêvé ou bien la prescription des médicaments n’est elle plus entre les mains des médecins?
    c’est un rien énervant de voir que l’on tire sur le “consommateur” alors que ce n’est pas lui qui peut se délivrer lui même ce type de médocs (sauf s’il est docteur en médecine ou en pharmacie)
    et l’AFFSAP pourrait elle se pencher sur les médicaments pour les animaux, dont beaucoup sont utilisés sans que les propriétaires puissent vérifier ce qu’ils donnent à) leur animal de compagnie puisque les notices ne sont pas faites pour les animaux.
    Combien de chien, de chat à qui on a donné du paracétamol hautement toxique pour eux en croyant bien faire en attendant de pouvoir l’emmener chez le véto?

  2. Microlax dit :

    Et les rayer radicalement de la liste?!
    Ah! Pardon, le lobby pharmaceutique frappe à ma porte…

  3. moutarde dit :

    Si les boîtes sont plus petites, ils irons voir le médecin (à 23 ou 33 la Cs…) plus souvent ou bien celui-ci prescrira double dose.
    En ce qui concerne les ordos sécurisées, faut voir parce qu’ils sont malins voire filous.

  4. cedr1c dit :

    Etonnant de voir que seul l’usage psychiatrique des bzd est evoqué.

  5. docteur Vincent dit :

    C’est une très bonne idée que l’afssaps se penche sur ce problème grave qui cause des accidents de la route, des dépendances, des tentatives de suicides etc.
    Dans mon blog j’en ai parlé abondamment: http://madamemedecine.blogspot.com

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
215 rq / 1,748 sec